;






Date de sortie : 11/11/2008

Style : Death/Black Metal

Pays : Pologne


Note : 17/20
Behemoth
“Ezkaton (EP)”

Même si 2008 est une année d’ « inactivité » en studio pour Behemoth, cela n’a pas empêché la machine de guerre polonaise d’écumer les routes du monde entier (ou presque) depuis l’an dernier pour répandre son fiel à des adeptes de plus en plus nombreux (surtout au pays de l’Oncle Sam). Une entreprise couronnée de succès, comme tout le monde le sait. Mais, non satisfait de ses efforts pourtant considérables, le groupe a également sorti son premier album live, At the Arena ov Aion – Live Apostasy, le mois dernier, et nous gratifie à présent de son (déjà) sixième EP, Ezkaton. Au pays des calotins, les blasphémateurs vont au charbon !

L’exercice de l’EP s’avère parfois être totalement inutile, une perte de temps ou encore une manière de se faire du fric facile. Mais Behemoth ne mange pas de ces pains-là. Fidèle à sa réputation de formation de grande qualité, il nous propose un produit qui, s’il permet effectivement de nous faire patienter jusqu'au prochain LP (et de faire gagner de l’argent au groupe, probablement !), est aussi et surtout une initiative sympathique et un excellent disque. Ezkaton permet à Behemoth de présenter un nouveau titre à son public mais ce n’est pourtant pas cela qui est à l’origine de cet EP. Non, comme son nom l’indique, Ezkaton propose principalement une relecture de « Chant For Eschaton 2000 », morceau culte de l’excellentissime et mésestimé Satanica, sorti en 1999. La nouvelle version, aidée par une production massive, permet parfaitement de réactualiser le morceau original en l’améliorant sous tous les rapports (principalement au niveau des voix). Inutile de dire qu’en voilà encore un qui fera un malheur en live, comme le prouve en quelque sorte la dernière plage de cet EP, un live de la même chanson, justement.

Il y a bien sûr aussi ce nouveau morceau, « Quadosh », qui nous permet de réaliser que Behemoth a beaucoup évolué depuis Satanica. Cette compo, dans la lignée directe du monstrueux The Apostasy, propose un savant mélange entre riffs vicieux, batterie totalement démente (quel batteur que cet Inferno, je ne le répéterai jamais assez…), une atmosphère sombre et vile -marque de fabrique de Behemoth- et un travail remarquable sur les mélodies et les orchestrations. Même s’il s’agit d’une véritable « face B », au sens où l’ensemble de The Apostasy lui est légèrement supérieur, il n’y a vraiment pas de quoi se plaindre car « Quadosh » demeure bien au-dessus de la moyenne du death metal actuel, preuve supplémentaire du talent extraordinaire de Behemoth. Les Polonais nous gratifient ensuite de deux reprises qui, et c’est moins évident, sont elles aussi une réussite. « Jama Pekel », reprise d’un groupe de black metal tchèque, Master’s Hammer, permet à Behemoth de changer momentanément de son et de style. Le morceau balance bien la sauce et entre les rires démoniaques de Nergal, on prend beaucoup de plaisir à entendre la voix plus sale et « death ‘n roll » de Big Boss et Igor de Root, invités sur ce titre. « I’m Not Jesus », reprise des Ramones, nous fait changer radicalement de registre. Encore plus direct et in your face que son prédécesseur, ce morceau frappe fort, notamment grâce au refrain simpliste à souhait mais parfaitement efficace.

Prouvant qu’il ne se fiche pas de nous, Behemoth termine cet EP par trois titres enregistrés en live, « From the Pagan Vastlands », « Decade ov Therion » et « Chant for Ezkaton 2000 e.v. ». La particularité de ces trois titres est qu’ils sont fort anciens, puisqu’ils sont issus de Satanica et même de Sventevith (Storming Near the Baltic), le tout premier essai du groupe (1995), lorsqu’il évoluait encore dans le black metal pur et dur ! Une bonne occasion de souligner que la discographie entière de Behemoth en vaut la peine, car quelles bombes en concert !

Faisant preuve d’un professionnalisme à toute épreuve et d’un respect non seulement pour ses fans mais aussi pour lui-même, Behemoth nous offre une fois de plus un disque intéressant et original (je n’évoquerai même pas la production, terrifiante comme d’habitude, même sur les titres live !). Un vrai grand groupe qui, s’il s’est révélé assez tard, promet d’écrire encore de bien belles pages de musique extrême à l’avenir. Enorme, tout simplement…

P.S. : Voilà une manière bien martiale de fêter l'armistice (cf. date de sortie)...

 

Tracklist :

1. Chant for Ezkaton 2000 e.v.
2. Qadosh
3. Jama Pekel (reprise Master's Hammer)
4. I'm not Jesus (reprise Ramones)
5. From the Pagan Vastlands (live)
6. Decade ov Therion (live)
7. Chant for Ezkaton 2000 e.v (live)

 


 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)