;






Date de sortie : 17/06/2011

Style : Thrash moderne (entre autres)

Pays : Belgique


Note : 17/20
Channel Zero
“Feed'em with a brick”

Quatorze ans! Quatorze longues années qu'on ne l'attendait plus celui-là... Les plus trentenaires d'entre vous se souviennent encore de la sortie du coup de boule nommé « Unsafe » ou, évidemment, de « Black Fuel » et son feeling poisseux à la Kyuss, et peut-être même de l'album éponyme ou encore de « Stigmatized », masterisé à l'époque par Monsieur Vinnie Paul. Et oui, mesdames et messieurs, rentrez les enfants et planquez vos filles en âge de procréer, Channel Zero, notre fierté nationale est bel et bien de retour!

L'histoire se souviendra évidemment de l'intégration de Mikey Doling (ex-Snot, Soulfly, In-Vitro), de ces huit (!) dates sold-out à l'Ancienne Belgique de Bruxelles (dont six consécutives, record à battre!), mais qu'allait-il en être sur disque? L'intégration de Mikey allait-elle créer le feu d'artifice espéré? Que peuvent faire ces désormais joyeux quadragénaires face à l'émergente et bouillonnante scène metal de notre beau pays? Avouons le, les questions se bousculaient dans notre tête avant l'écoute de cette galette, fort joyeusement intitulée «Feed'em with a brick ». Surtout que « Black Flowers », single commercialisé en catimini afin d'agrémenter le retour du groupe début 2010, n'avait pas franchement soulevé les foules, probablement composé dans l'urgence par un groupe qui n'en était à l'époque pas encore vraiment un. Depuis lors, quelques nouveaux titres joués à l'Ancienne Belgique en janvier 2011 ayant pu rassurer les foules, l'attente était devenue longue, très longue...

Venons-en donc au nouveau méfait, lequel débute par le très accrocheur single « Hot summer » que vous connaissez donc déjà peut-être par son vidéo-clip sorti récemment, par son « Oesjepoesje » surprenant (un peu comme si, juste avant un break fracassant, un groupe québécois sortait un joli « Tabernacle! ») et par son passage sur quelques (rares) radios dotées d'une paire d'oreilles. Oh, et puis je ne vais pas vous faire languir bien longtemps, ce disque est une franche, une incroyable, une gigantesque réussite! Doté d'un son chaud et hyper-puissant par Logan Mader (ex-Machine Head, Soulfly, Medication), puisant son inspiration dans la puissance d'un groupe comme Testament (« Guns of Navarone », « Hot summer », « Electric Showdown »), en y ajoutant des frappes chirugicales à la Slayer (« Angels Blood) et en mêlant le tout à un groove dévastateur à la Pantera (« In the city » et son énorme refrain, « Sidelines » et son côté « This love », le bien nommé « Ammunition »), Channel Zero se réinvente, tout en restant fidèle aux ingrédients qui ont construit sa personnalité dans le passé, soit la voix de Franky DSVD (lequel n'a cependant jamais, mais alors là jamais, sonné de façon aussi agressive que sur ce disque), l'efficacité dans l'exécution, et, on y revient, le groove inné injecté par le géant Phil B derrière son kit.

Mais tout ça ne ferait finalement qu'un bon disque si Channel Zero n'avait pas également puisé dans des références aussi modernes qu'honorables, ajoutant par là la plus-value de la variété dans cet album, tout en gardant les potards dans le rouge. En effet, vous trouverez ça et là des touches à la Slipknot / Lamb of God (« Freedom »), des syncopes à la Fear Factory (« Hammerhead »), des rythmiques tout en découpage à la Gojira (« Capitol Pigs » et son passage ultra lourd partant en vrille par la magie d'une alchimie guitare/batterie bluffante), un titre au feeling industriel à la Nine Inch Nails / Ministry doté d'une ambiance ultra plombée (« War is hell ») ou encore une power-ballade rappelant Alice in Chains (« Ocean ») clôturant le disque de fort belle manière. Après quelque écoutes attentives, on se rend compte que le tour de force de cet album est en fait de recycler le nombre impressionnant d'influences présentées ici par le groupe et d'en faire quelque chose de tout à fait personnel, ultra-puissant, et surtout très accrocheur. Vous ne trouverez ici que des références, mais aucun plagiat.

En conclusion, à une époque où certains (bons) groupes ont parfois tendance à se perdre en expérimentations stériles et en surenchère technique, Channel Zero fait un ici un retour fracassant sur le devant de la scène en faisant preuve d'une concision rare (tous les titres de ce disque sont, c'est assez rare pour être souligné, des singles potentiels sans pour autant faire montre du moindre petit compromis), d'une variété de styles très impressionnante et se fait surtout plaisir en nous envoyant ce « Feed'em with a brick » en forme de gigantesque uppercut. Reste maintenant à Channel Zero de se faire une place au soleil sur le marché étranger, ce qui, avec ce disque bien supérieur à la plupart des productions actuelles, ne serait que justice et un couronnement mérité pour la carrière d'un groupe bien trop mésestimé hors de nos frontières. La scène metal de chaque pays se doit d'avoir un leader, notre plat pays vient juste de récupérer le sien...

 

Tracklisting

  1. Hot summer

  2. Guns of Navarone

  3. Electric Showdown

  4. Freedom

  5. In the city

  6. Angels Blood

  7. Sidelines

  8. Hammerhead

  9. Capitol pigs

  10. Ammunition

  11. War is hell

  12. Ocean




 
Chroniqué par : THORTYIR
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)