;






Date de sortie : 21/01/2013

Style : Atmosheric Black Metal / Rock Psyché

Pays : Angleterre


Note : 7/20
Fen
“Dustwalker”

Pour les fans de black metal à tendance (très très forte, la tendance) rock progressif, voici une petite chronique qui ne devrait pas les ravir. Les plus intrépides adeptes d’Enslaved et Opeth peuvent tenter une écoute attentive de Dustwalker, le dernier album de Fen, histoire de constater sur pièce s’il est aussi chiant que ce que j’ai pu en percevoir. Vu que je me suis farci l’écoute de ce disque, autant en parler rapidos. Le travail des compositeurs n’aura ainsi pas été totalement inutile. Et puis, certains y trouveront peut-être leur compte, qui sait ?

Pour la petite histoire, Fen est un trio originaire d’une région de l’est de l’Angleterre nommée The Fens dont les paysages très plats avec de nombreux marais les auraient inspirés. On comprend mieux la platitude de leur musique et le bourbier dans lequel ils ont mis les pattes. Tout commence pourtant sur une bonne note. C’est un chant bien grave et arraché qui lance « Consequence » sur un rythme relativement dur. Le mélange de guitares puissantes et de guitares claires fonctionne franchement bien. Un chant plus murmuré et mélodique placé en opposition à des vocaux hurlés agrémente judicieusement le morceau d’une dose atmosphérique et profonde. Ceci dit, la référence aux derniers ouvrages d’Enslaved est d’emblée frappante. Mais ça marche. Juste le temps de ce morceau. Parce qu’après… (soupir)… c’est mou, c’est fade, c’est désespérément lent et ennuyant.

Le début très très lent de « Hands of Dust » laisse espérer, jusqu’à un certain point, une montée en puissance vers un orgasme psychédélique et métallique mais c’est vain ; la moitié des 11’30’’ de cet ersatz de Pink Floyd ne mène à rien de crédible. Des growls sur du rock psyché typé 70’s (avec un son bien moderne toutefois) me laisse de marbre. S’en suit un « Spectre » doux et mielleux à en pleurer. On dirait du Simon & Garfunkel. Si si ! Ça n’a aucun intérêt, sauf si vous en avez marre du metal. Les chœurs qu’ils ont sans doute espérés mélancoliques sont seulement risibles et pathétiques. J’ai eu franchement envie d’arrêter l’écoute à ce stade. Passé l’inutile instrumentale « Reflections », « Wolf Sun » durcit à nouveau le ton mais sans être convaincant. On peut dire que c’est un titre à l’approche définitivement rock psyché voire prog’ qui pourrait peut-être plaire à un accroc de Roger Waters. En théorie, ça peut donner un truc intéressant mais ça ne fonctionne pas. La superposition d’un chant grave et un clair (qui ressemble encore à Paul Simon) est une idée en soi mais le problème c’est que, musicalement, c'est creux. Ils pataugent entre un manque d’entrain et une tentative de partir dans un délire planant et trippant.

Que ce soit encore avec « The Black Sound » ou « Walking the Crowpath », je ne saisis pas leur point de vue. Et le pire, c’est que les morceaux sont désespérément longs, comme si c’était un impératif. Les 13 minutes de la dernière plage sont interminables ; on se sent prisonnier d’un ascenseur de supermarché transformé en sable mouvant. Utiliser une guitare psychédélique, douce et molle, sur fond de chant guttural, était une démarche téméraire, un pari osé, mais hors cadre. Je veux dire, qui va adhérer au trip ? Nous « vendre » Fen comme un groupe de black metal, c’est une tromperie sur la marchandise, ce groupe ne l’est pas (plus). Fen joue du rock psychédélique chanté en voix grave. Bon, je rappelle quand même que personne n’aurait parié un kopeck sur Opeth à ses débuts. Alors je me plante peut-être mais je pense que l’avenir de Fen et de ce Dustwalker devra se jouer hors de la sphère metal. Pourtant, je ne suis pas certain que les fans de post-rock accrocheront vu qu’il faut aimer le chant grave et que la composition rock est mal maitrisée. Bref, une impasse.

Tracklist :

1. Consequence
2. Hands of Dust
3. Spectre
4. Reflections
5. Wolf Sun
6. The Black Sound
7. Walking the Crowpath

 


 
Chroniqué par : VANARKH
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)