;






Date de sortie : 24/06/2016

Style : Black Metal

Pays : Canada


Note : 18/20
Forteresse
“Themes pour la Rebellion”

Cinq années après son dernier album, Forteresse revient plus fort et plus percutant que jamais. Thèmes pour la Rébellion, cinquième création de nos cousins canadiens, est un chef d’œuvre de métal noir québécois, guerrier, sauvage et mélodique.

L’illustration de cet album situe son contexte. Il s’agit d’un tableau du peintre québécois Joseph Légaré représentant l’incendie du faubourg Saint-Jean qui a eu lieu lors de la Rébellion des Patriotes ou Rébellion du Bas-Canada. Ce conflit politique de 1837-1838 dans la colonie britannique du Bas-Canada (aujourd'hui le Québec) a violemment opposé la population civile (menée par des intellectuels et des descendants de colons français) et l'occupant colonial britannique. Dans le morceau « Le Triomphe des Douze » sur Crépuscule d’Octobre (2011), Forteresse avait déjà rendu hommage aux hommes qui sont morts pour leur patrie dans ces combats. Thèmes pour la Rébellion permet au groupe d’insister plus à fond sur cette révolution sanglante et ainsi encore marquer tout leur attachement à leur territoire et exprimer leur haine vis-à-vis des oppresseurs coloniaux auxquels étaient ligués l'oligarchie marchande et le clergé. Je ne crois pas me tromper en disant que cette histoire a encore des répercussions sur la situation actuelle. La haine qui se dégage des propos de Forteresse me semble légitime car elle se focalise sur le gouvernement canadien qui tend à vouloir assimiler et gommer l’identité québécoise. Pour évacuer une fois pour toute la question du patriotisme, je dirai que je n’aime pas ce mot. En Europe, il réfère beaucoup trop à des idéologies puantes comme le nationalisme et le repli identitaire. Mais je crois sincèrement qu’on ne peut pas ranger Forteresse dans le club des idiots qui adoptent un discours nationaliste pour masquer leurs propres faiblesses. Pour paraphraser ce que Moribond m’expliquait dans une interview en 2012 (lire ici), lorsqu’on est acculé et écrasé par un système mu uniquement par l’argent et le pouvoir, il ne reste pas d’autres choix que de défendre bec et ongle sa liberté. Face à la domination du gouvernement canadien et de la culture américaine anglophone, il paraît tout à fait instinctif de protéger son histoire, ses traditions, sa culture et sa langue.

Pour retranscrire en musique ces textes historiques aux mots très guerriers et vengeurs, Forteresse adopte un format rapide, brutal et intransigeant. C’est lorsque se lève l’« Aube de 1837 » que nous entendons « Le Spectre de la Rébellion » et toute la cohorte de fureur et de haine qui s’en dégage. Ça joue vite, très vite ; tant Moribond à la guitare que Fiel à la batterie. Le chant en français est à peine intelligible (ce qui relativise un peu le contexte mentionné plus haut) mais ce n’est pas grave tant que l’esprit y est. A ce niveau, on peut dire qu’Athros est impeccable d’animosité. Il s’est vraiment amélioré, son coffre semble plus ample mais toujours fermement âpre et cruel. La voix et la vitesse me font penser à un mix entre Dark Funeral et Marduk. Mais c’est vraiment au niveau de la batterie que l’évolution est la plus frappante. On sent que Fiel a participé à la composition. Son jeu est rapide et lourd à la fois. Certains gimmicks donnent encore plus d’énergie et de dynamique aux morceaux (« Par la Bouche de Mes Canons », « Forêt d'Automne ») et cassent la monotonie que le riff peu parfois instiller. Car sur cet album, le principe est assez simple : ce sont les riffs mélodiques en tremolo picking hyper-saturés qui prennent la tête de l’assaut sonore. Les mélodies sont parfaitement soutenues par une rythmique qui tient la route tout au long de chaque morceau (je ne pense pas à la basse de Matrak, ce n’est pas elle qui matraque tout mais la batterie). La batterie me fait l’effet d’un roulement de tonnerre qui claque dans un ciel chargé. Cela n’assomme pas, cela donne de la puissance et de la majesté.

Comme je l’ai dit, chaque morceau a son tremolo mélodique. C’est souvent le même principe : tension maximale (« Le Sang des Héros »), rapide et brutal (« Forêt d'Automne ») mais ça me va très bien car les riffs sont impeccables. Il y a bien sûr une grande similarité et les morceaux se ressemblent fort mais c’est entièrement voulu et c’est d’ailleurs ce qui fait l’intérêt de l’album. On notera cependant une tendance épique dans « Le Spectre de la Rébellion » pour donner de la profondeur, une accalmie centrale réussie dans « Là où Nous Allons » pour éviter la lassitude, quelques chœurs et une fin déclamée dans « Par la Bouche de Mes Canons » pour aérer un peu une compo très longue et dense. En bref, au moment de « Vespérales » (qui ne change guère du reste mais putain que c’est bon), on n’a pas eu le temps de s’ennuyer. « Le Dernier Voyage », titre ambient plutôt réussi, est le bienvenu pour relâcher toute la tension accumulée.

La petite réserve que j’émettais au début de cette chronique concernant la thématique ne dérangera que ceux qui le veulent vraiment. Au moins, Forteresse aura fait découvrir un intéressant pan de l’histoire, méconnu de ce côté de l’Atlantique. Il en va de même pour la linéarité ou la redondance musicale que certains y trouveront. Ce n’est qu’un leurre auquel on ne prête guère attention quand on est immergé dans la tourmente de cet album. Il faut dire que le mix et le mastering réalisés au Necromorbus Studio en Suède est un apport indéniable à la force et la puissance de cet opus. Sorti le 24 juin, jour de la fête nationale québécoise (quel hasard !), Thèmes pour la Rébellion est vraiment un album de black métal imparable et incontournable.



À ÉCOUTER EN PRIORITÉ : "Par la Bouche de Mes Canons"

 
Chroniqué par : VANARKH
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)