;






Date de sortie : 14/02/2012

Style : Black/Death Metal

Pays : USA


Note : 15/20
Goatwhore
“Blood for the Master”

Amis poètes, bonsoir ! Ces charmants ménestrels regroupés sous le nom ô combien délicat de Goatwhore publient en l’an de grâce 2012 leur cinquième opus, après le nuancé et truculent Carving Out the Eyes of God, sorti il y a déjà trois ans. Originaires de la Nouvelle-Orléans, nos quatre amis ignorent pourtant tout des racines françaises, du jazz et du carnaval qui sont les principaux signes distinctifs de cette ville. Goatwhore semble n’avoir jamais quitté les marécages poisseux entourant la métropole, et il s’y est tant enfoncé qu’un retour à la « civilisation » paraît bien improbable.

Contrairement à d’autres qui s’y complaisent jusqu’à susciter un ennui et un désintérêt profonds, la violence primaire de ce groupe est son meilleur atout. Il faut vraiment saluer son approche, car elle représente une des rares réussites dans un exercice maintes fois tenté : un son organique, cru et gras, une musique sale et expéditive. Tout sur ce disque est parfaitement logique, la proposition est complète et cohérente, preuve que Goatwhore pratique ce qu’il prêche. La sensation crasseuse et spontanée est assumée à 100 %, ce n’est pas simplement un artifice, un essai sur la forme. Blood for the Master est imparfait et la musique du groupe n’est, de façon générale, ni révolutionnaire ni foncièrement intéressante, mais ce groupe va au bout des choses, et cette franchise mérite d’être louée.

Meilleur que le précédent essai, Blood for the Master étonne par une inspiration et une ouverture d’esprit parfois surprenantes, qui permettent de transcender l’attaque qu’on croyait sans nuances. Les riffs de Sammy Pierre Duet, bien que très bourrins, sont souvent excellents (« Collapse in Eternal Worth »), incorporant volontiers des influences traditionnelles, qu’elles soient heavy (« Embodiment of This Bitter Chaos ») ou thrash (« An End to Nothing »). Goatwhore tire ainsi son épingle du jeu par rapport à tant de formations dont l’agression musicale se révèle rapidement stérile. Certes, c’est très brut et sans « rafistolages » (mention spéciale au chant, pratiquement sans aucun effet), mais il y a malgré tout de la diversité, de la couleur dans cette musique, à l’image de ces riffs simples, groovy et… rock ‘n roll, finalement, de « When Steel and Bone Meet » ou « Parasitic Scriptures of the Sacred Word ». Finalement, seul le chant demeure trop classique, trop linéaire. Un chant plus barré aurait sans doute fait gagner à ce disque une dimension supplémentaire, il aurait fallu quelque chose d'incontrôlé, de vicieux. Ici ça reste finalement sage, conventionnel au niveau du chant, même si Sammy Pierre Duet (encore lui) fait bien son boulot. Il tire néanmoins vers le bas un album dont le relief se dessine peu à peu et qui révèle une richesse inattendue. Ne vous laissez pas décourager par les apparences !

 

Tracklist :

1. Collapse in Eternal Worth
2. When Steel and Bone Meet
3. Parasitic Scriptures of the Sacred Word
4. In Deathless Tradition
5. Judgement of the Bleeding Crown 
6. Embodiment of this Bitter Chaos 
7. Beyond the Spell of Discontent 
8. Death to the Architects of Heaven 
9. An End to Nothing 
10. My Name Is Frightful Among the Believers  
 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)