;






Date de sortie : 23/01/2012

Style : Metal Accrocheur

Pays : Italie


Note : 16/20
Lacuna Coil
“Dark Adrenaline”

Il ne faisait aucun doute que Shallow Life, le cinquième opus studio de Lacuna Coil, était un disque important. Selon les cas, il aurait pu être un album de transition ou une simple expérimentation sans lendemain. Que ce soit par goût personnel ou par crainte de risquer l’aliénation d’un certains nombre de ses fans, le groupe italien a choisi la deuxième voie. Dark Adrenaline fait donc un pas en arrière par rapport à son prédécesseur particulièrement accrocheur et pop dans l’âme.  Ce nouvel album des Transalpins est même presque une volte-face puisque, de l’aveu même du groupe, il s’agit du disque le plus sombre de sa discographie. Une déclaration qui n’est pas qu’un effet d’annonce : LC propose effectivement un disque assez sombre, un son plus dur qu’à l’accoutumée et des accents gothiques qui font référence à son passé. Pour autant, les Italiens parviennent à ne pas remettre leur « formule » en question : plus sombre, d’accord, mais ça reste tout de même très efficace et accrocheur ! Ce n’est pas demain que Lacuna Coil versera dans du black metal dépressif…

Optant la plupart du temps pour des titres compacts et allant droit au but, le groupe n’a rien perdu de son talent à balancer le refrain qui met tout le monde d’accord et s’incruste durablement dans le crâne. « Trip the Darkness » et « Kill the Light », par exemple, deux titres déjà révélés avant la sortie du disque, figurent assez facilement parmi les meilleurs composés par LC à ce jour. L’accroche est immédiate, la répartition du chant entre Cristina et Andrea judicieuse, il y a une belle personnalité grâce au mélange entre ambiance sombre (voire triste) et concision et efficacité. Le côté moins « évident », moins prémâché de la musique par rapport à Shallow Life est très séduisant et fonctionne à la perfection. Il y a même certains titres qui – à l’échelle de LC, ce n’est pas du prog, non plus ! – exigent une écoute plus attentive, preuve que le groupe s’est creusé les méninges. C’est le cas de « Against You », qui voit Cristina évoluer dans un registre assez inhabituel, et surtout de la superbe ballade « End of Time ». Lacuna Coil s’était déjà frotté aux ballades modernes et mélancoliques sur Shallow Life. Il enfonce le clou avec un titre profond et bien chanté (y compris le refrain signé Andrea) qui, en outre, parvient à rester accrocheur. Une très belle réalisation qui prouve que le groupe a plus d’une corde à son arc. Une constatation qu’on peut également appliquer à la reprise du « Losing My Religion » de REM. Cette véritable réinterprétation (contrairement à la reprise ultra-conventionnelle de « Enjoy the Silence » de Depeche Mode sur Karmacode), qui adopte un rythme lent et un ton assez mélancolique, n’est handicapée que par le mauvais accent anglais d’Andrea, honteux pour un groupe chantant en anglais depuis si longtemps et affichant clairement l'ambition de conquérir le marché US.

Et d’Andrea, il sera hélas encore question, car il nous faut adresser quelques cartons jaunes au sympathique chanteur de la bande. S’il est assez souvent mis en avant sur ce disque (y compris sur bon nombre de refrains, fait assez surprenant) et qu’il parvient même à remporter l’adhésion sur certains passages (le menaçant « I Don’t Believe in Tomorrow »), dès qu'il joue un rôle plus prédominant, sa faiblesse par rapport au chant de Cristina saute aux oreilles. Le groupe n’a pas son pareil pour faire passer la pilule facilement – ce n’est pas nouveau – mais si on prend un peu de recul, le constat est très simple : Andrea n’est pas un très bon chanteur et il n'est pas du tout au niveau de sa camarade. C’est assez évident sur « My Spirit », qui clôture l’album. Terminer sur une note cool et aérée était une bonne idée, surtout dans le cadre d’un groupe dont la musique reste « formatée ». Hélas, aussi bien le chant que l’accent d’Andrea sont défaillants : retirez-le de l’équation, et vous obtenez un titre aussi réussi qu’intéressant.

Le chanteur n’est cependant pas l’unique responsable des quelques faux pas remarqués sur Dark Adrenaline. Même si chaque titre passe comme une lettre à la poste, certains révèlent un potentiel trop peu exploité, des couplets sautillants assez irritants et inadéquats (« Give Me Something More », « Fire »), des influences rock US aux desseins trop évidents (« Intoxicated ») ou encore un manque d’excitation (« The Army Inside », très moyen). L’accordage et les riffs neo metal commencent, eux aussi, à sonner daté, et on est globalement frappés par un manque d’imagination sur le plan instrumental. Certains passages ont vraiment un air de déjà-vu assez désagréable ! Malgré tout, Lacuna Coil parvient toujours à décocher ses flèches au bon moment, surtout grâce à l’efficacité de ses refrains, mais aussi par l’amélioration sur certains points, comme l’ambiance, les soli ou l’émotion. L'atout principal du groupe reste toutefois Cristina. C’est bien elle qui, une fois de plus, vole la vedette sur ce disque, grâce à une performance intouchable, peut-être même la meilleure de sa carrière. De quoi faire oublier largement les défauts de ce disque et nous faire retenir avant tout les moments marquants qui, paradoxalement, tiendront selon moi mieux la distance que la compilation de hits directs qu’on retrouve sur Shallow Life. Un disque différent, donc, moins immédiat et entaché de quelques fautes de goût, mais dont les meilleurs moments font partie des meilleurs du groupe, tout court.

 

Tracklist :

1. Trip the Darkness
2. Against You
3. Kill the Light
4. Give Me Something More
5. Upsidedown
6. End of Time
7. I Don't Believe in Tomorrow
8. Intoxicated
9. The Army Inside
10. Losing My Religion
11. Fire
12. My Spirit


 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)