;






Date de sortie : 03/01/2014

Style : Thrash/Death Metal

Pays : Pays-Bas


Note : 15/20
Legion of the Damned
“Ravenous Plague”

La légion des damnés hollandais est récemment revenue hanter nos platines avec son 6ème album complet intitulé Ravenous Plague. Sorti sur Napalm Records, c’est à peu près la seule audace dont ils ont fait preuve avec leur nouvelle sortie, tournant ainsi la page des nombreuses années (et 5 albums) passées chez Massacre Records. Car il faut bien avouer que Legion Of The Damned n’a pas vraiment changé son style et sa formule choc qui fait son succès depuis 2005. C’est d’ailleurs très étonnant que le succès de la bande du vocaliste blond Maurice Swinkels fut concomitant avec un changement de nom. Pour rappel, Legion Of The Damned dans sa version initiale s’appelait Occult. Ce petit rappel me semble opportun car de nombreux éléments que l’on retrouve dans Ravenous Plague étaient déjà présents à l’époque d’Occult (surtout l’album Of Flesh and Blood (1999) qui, tiens tiens, était déjà sorti sur Massacre Records).

Si l’on prend le premier vrai morceau de ce nouvel album, « Howling for Armageddon », on reconnait de suite leur son, leur thrash bien gras mâtiné de la voix éraillée (certains dirons black mais moi pas) de Swinkels. Pour illustrer la comparaison avec Occult, écoutez le riff principal de « Mountain Wolves Under a Crescent Moon » et celui de l’excellent « Vow of Retaliation » présent sur Of Flesh and Blood. La ressemblance est assez frappante. Tout Legion Of The Damned est là : un riff assez simple, très rapide et agressif, autour duquel se construit tout le morceau. En bref, c’est de la pure matière à headbanging.

La petite évolution que l’on pourra relever avec Ravenous Plague, c’est le degré de professionnalisme et précision de leurs assauts sonores. Il n’y a pas grand chose à contester. On a clairement affaire à leur travail le plus abouti. Ils jouent aussi plus vite. Jugez avec « Black Baron » pour vous en convaincre. C’est net, carré et direct ; pas le temps de souffler une seconde. On retiendra le pont audacieux et puissant avant le solo (l’un des rares de la plaque qui ressorte vraiment). Pour le reste, les hollandais ne laissent pas de place aux hésitations et atermoiements musicaux. Je veux dire par là qu’ils ne s’embarrassent guère de breaks, de longs solos ou arrangements divers. Ils ont clairement privilégié l’efficacité. Et on peut dire que le pari est gagné. Aucun fan de thrash ou de death ne devrait rester de marbre.

Autre comparaison que l’on va se permettre puisqu’ils ont récemment tourné ensemble : ils créent certains passages couillus que Sepultura est bien incapable de reproduire depuis Beneath the Remains et Arise. A côté des passages groovy à souhait, il y a dans « Ravenous Abominations » des trucs moins passionnants mais globalement, jusqu’ici ça passe plutôt bien. Arrivé à mi-parcours, il est temps de varier (un tout petit peu). Et c’est « Doom Priest » qui s’en charge avec un début un peu plus lent, ce qui, il faut bien l’avouer n’est pas plus mal pour aérer un tantinet le disque. A nouveau, il n’y a rien à contester dans le sens où tout est bien en place. Chant, riffs, enchainements, structure, batterie forment un tout cohérent où aucun instrument ne prend l’ascendant sur un autre. Mais c’est paradoxalement là que le bât blesse. Privilégier l’efficacité s’est fait ici, au détriment de la variété. J’ai noté beaucoup de redondances. La preuve : en blind test, faites la différence entre la fin de « Doom Priest » et le début de « Summon All Hate ». Bonne chance.

« Morbid Death » est aussi peu marquant que son nom est éculé et cliché. « Armalite Assassin » est peut-être bien mon favori car, en plus du rythme à nouveau bien soutenu et écrasant, on y trouve légèrement plus d’ambiance. Quelques touches mélodiques  assez subtiles en arrière fond par-delà la brutalité apportent de la nuance et un soupçon de profondeur. Pour finir, que ce soit « Bury Me in a Nameless Grave » ou « Strike of the Apocalypse », on a encore affaire à des bons riffs bien thrash qui soutiennent le propos guerrier, rageur et annonceur d’armageddon éructé par Maurice Swinkels.

Pris indépendamment, tous les morceaux de Ravenous Plague s’avèrent plutôt bons. Mis l’un à la suite de l’autre, ça manque de surprises. Il y a une impression de déjà entendu, que ce soit sur cet album ou sur ses prédécesseurs Descent into Chaos (2011) et Cult of the Dead (2008). Pour ceux qui veulent un truc basique, agressif et accrocheur, LOTD a tout ce qu’il faut en magasin. Ils sont un peu comme Bolt Thrower : la fabrication de headbanging fonctionne à plein régime. Alors pourquoi changer une formule qui gagne ? A la différence que les hollandais continuent à sortir des albums tandis que les anglais vivent sur leurs acquis (et les tournées) depuis presque 10 ans. Legion Of The Damned est même plutôt hyper productif (4 albums de 2006 à 2008) mais sans dévier de son credo. On aurait pu espérer que les 3 années depuis Descent into Chaos auraient servi à faire évoluer le style de groupe et le peaufiner dans des détails qui auraient tout changé. Mais non, comme je l’ai dit, Ravenous Plague cadre parfaitement avec la ligne directrice du groupe : la hargne vocale et l’attaque frontale des 6 cordes. Finalement, tant mieux, il n’y a pas de tromperie sur la marchandise et on peut dire qu’on sort bien rassasié et plutôt satisfait de cette écoute.

Tracklist :

1. The Apocalyptic Surge
2. Howling for Armageddon
3. Black Baron
4. Mountain Wolves Under a Crescent Moon
5. Ravenous Abominations
6. Doom Priest
7. Summon All Hate
8. Morbid Death
9. Bury Me in a Nameless Grave
10. Armalite Assassin
11. Strike of the Apocalypse

 


 
Chroniqué par : VANARKH
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)