;






Date de sortie : 31/01/2012

Style : Metal

Pays : USA


Note : 11/20
Metallica
“Beyond Magnetic (EP)”

Quel est le but de cette sortie ? Voilà la question que l’on se pose immanquablement à propos de cet EP, aussi bien à son entame que bien des jours plus tard. Quelques mois à peine après le nadir musical Lulu, les Horsemen ressentaient-ils le besoin de rassurer leurs fans – il est vrai peu épargnés – avec une sortie à 100% « metal » ? S’agissait-il juste de sortir officiellement ces quatre chutes des sessions Death Magnetic joués lors des concerts célébrant le trentième anniversaire du groupe ? On n’en saura pas plus sur les intentions réelles de Metallica mais une chose est sûre : elles suscitent des interrogations, pour ne pas dire un certain scepticisme.

Vous allez me dire que des chutes de studio de Death Magnetic, c’est toujours mieux que des chutes des ères St. Anger ou Lulu. D’accord, mais cela ne rend en rien la publication de cet EP nécessaire pour autant, du moins en-dehors du cadre d’un fan club. Il est en effet évident que les quatre titre de Beyond Magnetic ne figurent pas sur leur aîné tout simplement parce qu’ils sont moins bons. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’ils sont mauvais, entendons-nous. Sur le plan des six-cordes, notamment, c’est plutôt inspiré, on retrouve sur l’EP une poignée de riffs enthousiasmants et Kirk Hammett fait son boulot en lead (« Hate Train »). James Hetfield est lui aussi à fond dedans et même si des mélodies vocales trop souvent bancales l’handicapent, son énergie est communicative. Globalement, cela fait du bien d’entendre Metallica reprendre le chemin du metal direct et sans fioritures. Hélas, et comme souvent avec ce groupe, Metallica va trop loin dans cette démarche. Le son très brut a certes le mérite de traduire une certaine honnêteté dans le chef de Metallica, mais il devient rapidement irritant, avec ce chant cru et surtout cette batterie exagérément forte dans le mix.

Outre la mise en son, c’est l’écriture qui pose problème. Tout d’abord, la durée des morceaux. Ca ne surprendra plus personne si je dis que Metallica nous propose ici quatre titres d’une durée totalement abusive, tant le manque de concision est un vrai problème depuis St. Anger (ah, qu'il est loin le temps des « To Live Is To Die » !). Plus embêtant encore est l’état inachevé, non-travaillé de ces titres. « Just a Bullet Away », par exemple, n’est pas inintéressant, mais est plombé par des transitions hasardeuses, un refrain irritant et un break acoustique central qui n’a rien à faire là (à chaque fois que je l’entends, je suis persuadé qu’on est passés au morceau suivant). Dommage, car le potentiel était là. Un constat plus frappant encore à l’écoute de « Rebel of Babylon », avec son excellent riff traînant, des accélérations bien senties, un bon solo et des mélodies sympa. Retravaillé et raccourci, voilà un titre qui aurait pu faire mal et n’aurait pas démérité sur un « vrai » album studio. Il est bien sûr assez logique qu’un EP constitué de chutes de studio ne soit pas aussi bon qu'un album, mais on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine frustration. Tant qu’à publier ces titres, pourquoi Metallica n’a-t-il pas travaillé un minimum dessus ? Au lieu de les peaufiner, le groupe nous les jette en pâture comme des faces B sans saveur ni intérêt. Ajoutons à cela le jeu de batterie de Lars Ulrich, indigne d’un groupe de ce niveau, il n’y a pas trente-six manières de le dire. Son jeu sur St. Anger, c’est du Mike Portnoy survitaminé par rapport à ses prestations suivantes. Ses roulements sont grotesques, il ne prend jamais la peine de caler des parties de double grosse caisse (alors que tout amateur de metal entend très clairement les nombreux passages ou elles conviendraient) et son inventivité frise le zéro absolu. Et malgré tout ça, un idiot s’est dit que ça serait une bonne idée de faire sonner la batterie bien fort dans le mix !

Bref, que ce fut son objectif ou non, ce n’est pas avec cet EP que Metallica va « rassurer » quiconque, voilà qui est certain. Beyond Magnetic n’a rien de scandaleux comme Lulu, loin de là, mais la démarche et le timing sont pour le moins malheureux. On aurait fermé les yeux sur une sortie mineure après un disque impeccable, mais dans cette période de doute voire de désespoir pour certains fans du groupe, ces chansons à moitié bonnes et à moitié achevées ne font que jeter un trouble supplémentaire dans leur esprit. Ca ne rassurera personne non plus sur le prochain opus studio, sur lequel les Horsemen sont en train de plancher en ce moment… Jusque-là, personnellement, je prends le parti de ne me concentrer que sur les prestations live du combo, toujours aussi énergiques et excitantes qu’avant.  

 

NB : Les morceaux de Beyond Magnetic ont d'abord été offerts individuellement aux membres du fan club de Metallica par e-mail, ensuite vendus exclusivement via iTunes, et enfin sont sortis sur support « physique » fin janvier.

 

Tracklist :

1. Hate Train  
2. Just a Bullet Away 
3. Hell and Back 
4. Rebel of Babylon 


 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)