;






Date de sortie : 27/02/2015

Style : Folk/Black Metal Progressif

Pays : Roumanie


Note : 12/20
Negura Bunget
“Tau”

Negură Bunget est un candidat des plus sérieux au record du monde de changements de line-up : alors que le dernier album du groupe, Vîrstele Pămîntului (2010), avait vu l’arrivée de cinq nouveaux musiciens autour du seul rescapé Negru (batterie, percussions), ils sont depuis lors tous partis et ont été remplacés par quatre nouveaux membres ! En termes de turn-over, difficile de faire mieux… Cette perpétuelle instabilité du personnel a-t-elle fini par nuire au combo, un peu à l’image – dans un tout autre style – des Allemands de Dew-Scented ? D’un point de vue strictement stylistique, les chamboulements n’ont pas eu de conséquence, ce qui prouve bien que Negru est devenu l’âme créative des Roumains. Il n’y a rien à redire non plus sur le plan instrumental, les musiciens étant tous formidables. Hormis l’association classique guitare/basse/batterie/claviers, on compte tout de même sept instruments supplémentaires (dulcimer, kaval, flûte,…), pour la plupart joués par Negru et son nouvel acolyte Petrică Ionuţescu. Grosse déception, par contre, concernant le chant, assuré par Tibor Kati (également en charge des guitares et claviers) : c’est faiblard et, surtout, ça n’a rien de spécial.

Si le chant plombe forcément les choses, le problème fondamental de Tău est toutefois plus général. Si aucun disque des Roumains n’est facile à appréhender, celui-ci pousse la logique trop loin, la faute à un manque d’inspiration et de structure, à des envies trop disparates et… à de moins bonnes compositions, tout simplement. Tău débute pourtant assez bien, avec un « Nămetenie » de plus de dix minutes chargé d’une atmosphère à la fois pastorale et mystérieuse. On y retrouve les qualités déployées sur le remarquable opus précédent : de la variété (signalons la présence d'une multitude d’instruments ainsi que l’incursion d’un chant clair, voire parlé, à intervalles réguliers), de la cohérence et une âme difficile à décrire. La suite de l’album ne parvient pas à respecter le même niveau de qualité, hélas. La faute, peut-être, à un line-up trop récent, justement, pas encore assez soudé. Cela pourrait expliquer, par exemple, la dispersion expérimentale, entre titres orientés metal extrême, très hermétiques (« Izbucul Galbenei » ou « Tărîm Vîlhovnicesc », sur lequel Sakis Tolis (Rotting Christ) joue les invités), influences folk/traditionnelles fortement soulignées (le mélange de racines extrêmes et de parenthèses à la limite du « dansant » peut ainsi troubler sur « Împodobeala Timpului », qui voit en outre la participation de Rune Eriksen (ex-Mayhem) à l’occasion d’un solo), et parenthèses atmosphériques qui prouvent que Negură Bunget a conservé son pouvoir d’évocation (« Curgerea Muntelui », « Picur Viu Foc »). Une dispersion qui a forcé le producteur Mihai Neagoe à devoir trancher, avec pour résultat que le son très brut et organique ne convient pas à tout ce qu’entreprend le groupe (les guitares sont ainsi très faiblardes et le chant parfois sous-mixé, ce dernier défaut étant plutôt un soulagement sur ce disque, avouons-le). Si on saluera une fois de plus la volonté d’éviter les poncifs du metal extrême actuel (et notamment ces batteries sur-triggées), il est difficile de ne pas regretter le manque de gnaque qu’exige le style, nonobstant les directions diverses qu’il explore.

Malgré ses fulgurances (signalons encore « Schimnicește » et son spectre sonore fouillé), Tău est un disque qui manque de direction. On a parfois l’impression que le groupe se cherche, ne parvient pas à faire le tri entre ses différentes envies et, in fine, joue avant tout pour lui. Les plus ouverts d’esprit regretteront la difficulté d’accès à ce disque, les plus critiques y entendront, au moins à certains moments, un « fouillis » un peu obscur dont il est difficile de retenir les moments les plus marquants. Malgré toutes nos réserves, accordons cependant aux Roumains de toujours occuper une niche incroyablement originale dans le black metal, voire dans le metal au sens large. La conservation de cette individualité est déjà une victoire en soi, mais il est indéniable que dans leur passionnante discographie, Tăus’avère une œuvre nettement moins aboutie que les autres. A mon humble avis, la priorité numéro un de Negru devrait être de stabiliser enfin son line-up, gage d’une base solide pour écrire l'avenir. L’humain et l’artistique sont étroitement liés, ce disque n’en est qu’une preuve supplémentaire !
 
 
Tracklist :
 
1. Nametenie
2. Izbucul Galbenei
3. La Hotaru Cu Cinci Culmi
4. Curgerea Muntelui
5. Tarim Vilhovnicesc
6. Impodobeala Timpului
7. Picur Viu Foc
8. Schimniceste 

 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)