;






Date de sortie : 26/09/2011

Style : Rock/Metal Progressif

Pays : Suède


Note : 16/20
Pain of Salvation
“Road Salt Two”

Si vous vous intéressez à Pain of Salvation de près ou de loin, vous n’êtes pas sans savoir que les Suédois ont pris un nouveau tournant important à partir du mini-CD Linoleum, il y a deux ans. Une réorientation estampillée ‘70s assez drastique, puisqu’elle touche aussi bien la musique que le son du groupe, et contestée, bon nombre de fans l’acceptant assez mal. Aussi bien Linoleum que la première partie du diptyque Road Salt m’ont paru globalement très en-dessous des premières œuvres du combo, et tellement marqués par cette nouvelle influence qu’une bonne partie du charme du groupe s’en trouvait sacrifiée. Mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et je dois avouer que ce Road Salt Two m’a fortement surpris. Dans le bon sens, cette fois.

Objectivement, pourtant, les aspects gênants du premier volet sont toujours bien présents, mais on se rend vite compte qu'ils n'expliquaient pas à eux seuls l'impression mitigée que ce disque nous avait laissé. C’est tout simplement la qualité des compositions et les exagérations vocales qui plombaient les choses, or ici ces deux défauts sont largement gommés. L’influence ‘70s est toujours très/trop présente et n’évite pas de susciter quelques frustrations, mais PoS semble cette fois avoir dépassé le simple effet de style pour mieux intégrer cette influence à son style propre. Les mélodies et les refrains ont bénéficié d’un solide travail (« Softly She Cries », « Conditioned »), la prestation est de haut vol et le groupe n’a pas hésité à tenter des choses tellement différentes qu’elles nous font oublier que la prémisse demeure gênante. Citons, en vrac, la ballade nostalgique « 1979 », qui intègre paradoxalement des beats synthétiques, la schizophrénie de « Mortar Grind », sublimée par une énorme énergie et des mélodies qui font mouche, ou encore les trips psyché et le saisissant finale chanté et parlé en…français (!) de « The Physics of Gridlock ».

Les titres sont souvent profonds et mémorables à la fois, et vocalement on est bien davantage impressionnés qu'agacés par la performance phénoménale de Gildenlöw, véritable caméléon (« Sofltly She Cries », « Healing Now », « To the Shoreline »). Instrumentalement, c’est à l’avenant, tous les musiciens livrant une prestation impeccable, avec une mention spéciale au batteur français Léo Margarit qui se lâche totalement sur l’intense « The Deeper Cut ». Tout au long de ce disque, Pain of Salvation bondit d’une émotion à l’autre, enchaînant avec une versatilité vertigineuse courtes ballades épurées, pièces progressives à tiroirs, aérations bucoliques (« To the Shoreline »), jams qu’on croirait signées Deep Purple ou Led Zeppelin (« Eleven ») et pétages de câble en bonne et due forme (le bonus track « Break Darling Break », sur lequel PoS renoue hélas avec ses expériences sans queue ni tête). Il s’agit là d’une caractéristique essentielle de ce disque, car malgré le tournant majeur dans la carrière des Suédois – et que Road Salt Two ne remet pas en question, entendons-nous –, on retrouve avec soulagement sur cet opus cette incroyable liberté, ces prises de risques maîtrisées et cette émotion à fleur de peau qui constituent le noyau dur de la musique de Pain of Salvation.

La performance du groupe sur ce second volet n’est donc pas mince, puisqu’il est parvenu, non sans quelques anicroches, à concilier ses penchants actuels avec les fondements de son âme. Je ne suis toujours pas emballé par cette « nouvelle » ère entamée par Pain of Salvation, mais il eut été très injuste de ne pas souligner les mérites de ce disque et vous encourager à lui accorder votre confiance et votre intérêt. Des interrogations demeurent certes quant à l'avenir des Suédois, mais au moins sont-ils enfin parvenus à redresser la barre et à produire un disque franchement enthousiasmant. Pour un groupe qui prend autant de risques sur chacun de ses disques, ce succès est pour le moins significatif !

 

Tracklist :

1. Road Salt Theme  
2. Softly She Cries  
3. Conditioned  
4. Healing Now  
5. To the Shoreline  
6. Eleven  
7. 1979  
8. The Deeper Cut  
9. Mortar Grind  
10. Through the Distance  
11. The Physics of Gridlock  
12. End Credits


 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)