;






Date de sortie : 01/05/2012

Style : Punk Rock

Pays : US


Note : 18/20
Pennywise
“All or Nothing”

What’s the fucking problem with this world today? Plein de choses mais certainement pas le nouvel album de Pennywise qui démarre sur cette question. Pourtant, tout ne fut pas aisé pour ce 10ème album. Intitulé All or Nothing, il porte bien son nom car cette fois-ci, c’était peut-être bien tout ou rien pour les californiens. Pour la première fois depuis sa formation en 1988, Pennywise a enregistré sans le chanteur de toujours Jim Lindberg qui avait gentiment claqué la porte en 2009 pour se consacrer à autre chose dont son projet appelé Black Pacific. A part le fidèle soutien du label Epitaph de leur pote Brett Gurewitz de Bad Religion, le groupe a donc traversé une période de turbulences qui a dû inquiéter pas mal de fans. Le défi paraissait énorme pour le guitariste Fletcher Dragge, le batteur Byron McMackin et le bassiste Randy Bradbury : remplacer Lindberg sans perdre l’identité de Pennywise et tout en restant dans le club select de la crème du punk rock US.

Défi largement accompli selon moi. Mieux, je dirais même que Pennywise offre avec All or Nothing l’un de ses meilleurs albums. Dragge aurait déclaré qu’il se trouve dans la droite ligne de l’album Full Circle (1997). La pochette corrobore ce fait puisque, chose assez étonnante, les deux sont identiques, seule la couleur du logo diffère. Doit-on y voir une sorte de démarche « back to the roots », histoire de se rassurer, de conserver les fans ou simplement de boucler la boucle ? Sans doute un peu de tout cela mais j’y vois surtout un album foutrement efficace, bien composé et regorgeant d’hymnes imparables parmi lesquels « Revolution », « Stand Strong », « Seeing Red », « X Generation » ou encore « We Have It All ».

Comme s’ils se sentaient en péril, on dirait que les musiciens ont tout donné pour sortir leurs meilleurs riffs punks, leurs mélodies les plus mémorables et leurs rythmiques les plus entrainantes. Contraints et forcés, ils ont dû prendre plus de temps pour composer cet album. Quatre ans se sont écoulés depuis Reason to Believe et ce laps de temps le plus long entre deux albums a clairement été bénéfique pour ressourcer la créativité. Bon, là, j’entends déjà les mauvaises langues. Mais ça reste du Pennywise, rien ne change vraiment, ce sont des courts morceaux de punk rock mélodique made in USA et qui, en plus, se ressemblent parfois beaucoup. Tout cela est vrai mais la force de All or Nothing, c’est que l’essence de Pennywise et du punk rock en général est littéralement captée et gravée dans ce disque. Bref, un brûlot punk rock bien meilleur que le Full Circle en question et aussi bon que l’excellent Land of the Free? (2001). On croirait d’ailleurs « Let Us Hear Your Voice » directement issu de cet album tellement la voix est identique.

Le chant justement, il est grand temps d’en parler. Il est assuré par Zoli Téglás, par ailleurs frontman du groupe hardcore/punk Ignite. En fait, il n’y a tout simplement rien à en redire, il porte l’album sur ses épaules (sa langue plutôt). Zoli a son style à lui mais ne dénature jamais l’identité de Pennywise car sa voix reste quand même fort proche de celle de Lindberg (bien que je lui trouve plus de points communs avec Greg Graffin de Bad Religion). Que ce soit « Waste Another Day », « We Have It All », « Seeing Red » ou « Songs of Sorrow », tous les titres ont de chouettes mélodies vocales et musicales. Le tout ponctué par de réguliers chorus et des incontournables autant qu’impeccables « wohoho » punks, parfaits pour le live et les sing-along. Si l’on prend mon petit préféré, « Revolution », dès la première écoute, on ne peut faire qu’une chose : chanter avec eux en chœur « woah, we want a revolution » ! Aussi dément et défoulant que leur classique « Bro Hymn » et leur hymne à l’insurrection « Fuck Authority ». Car les paroles restent incendiaires et engagées comme le veut souvent le style (bien que parfois cela s’égare dans des niaiseries adolescentes, suivez mon regard).

Bien entendu, tout va très vite, il y a très peu de temps pour souffler. « Tomorrow » ou « United » en fin de disque sont peut-être un brin plus faibles et encore, faut vraiment chicaner. J’ai bien essayé de trouver une faille mais en vain, pas moyen d’être lassé par ces 12 morceaux. On sait que dans le punk californien les groupes se ressemblent beaucoup. Sans trop se gratter, on entend que « Stand Strong » a quelques intonations vocales et des guitares à la Offspring, « Seeing Red » fait penser à Blink 182, « X Generation » à Bad Religion pour le chant et Anti-Flag pour le riff. Mais Pennywise arrive encore à en faire des pépites. Et c’est là le vrai tour de force et la vraie réussite de cet album qui devient clairement une pièce maitresse de leur discographie et du punk rock en général.

« Where did all go wrong? » se demandent-ils dans « Seeing Red ». Nulle part en ce qui concerne la qualité de ce dernier Pennywise. Ce qui n’est pas le cas de leurs camarades du G8 des groupes de punk rock. Car en comparaison, Bad Religion doit sérieusement se méfier. Blink 182 est corrigé. Green Day, enterré. Rise Against, vendu. NOFX, dépassé. The Offspring, oublié. Et Anti-Flag n’a qu’à bien se méfier ! Pennywise semble avoir retrouvé tout ce qu’il faut pour truster les sommets du punk rock. Mais comme rien n’est jamais simple, Zoli Téglás a déjà quitté le groupe (apparemment suite à une blessure au dos lors d’un concert en Allemagne en juin 2012) et a été remplacé par… Jim Lindberg ! Heureusement, les chansons de All or Nothing existent et on espère que Lindberg prendra autant son pied à les découvrir et les chanter que nous.

 

Tracklist :

1. All or Nothing
2. Waste Another Day
3. Revolution
4. Stand Strong
5. Let Us Hear Your Voice
6. Seeing Red
7. Songs of Sorrow
8. X Generation
9. We Have It All
10. Tomorrow
11. All Along
12. United
13. We Are the Fallen (deluxe edition)
14. Locked In (deluxe edition)

 


 
Chroniqué par : VANARKH
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)