;






Date de sortie : 28/10/2016

Style : heavy/thrash metal

Pays : Etats-Unis


Note : 16/20
Testament
“Brotherhood Of The Snake”

S’il y a bien un groupe qui reste d’une constance infaillible, c’est Testament. Les années passent et le temps ne semble pas avoir d’emprise sur eux. J’en veux pour preuve ce nouvel opus Brotherhood Of The Snake qui perpétue la tradition des albums thrash du quintet. Un peu avant la sortie de l’album, Testament avait annoncé via son compte Twitter (et non sans arrogance) que leur nouvel album était tout simplement le thrash metal tel qu’il devait l’être en 2016, rien que ça ! La perche est tendue pour savoir si Testament, ça claque toujours autant.

Je ne vais pas faire durer le peu de suspens qu’il pourrait y avoir car oui (et vous vous en doutez), Testament, ça tape toujours aussi fort et juste. Au programme, du thrash metal principalement mais aussi des passages mid-tempo parsemés par-ci par-là de quelques envolées mélodiques rafraichissantes. Comme à son habitude, Testament commence toujours avec une grosse baffe dans la gueule de l’auditeur avec le titre éponyme : du gros thrash rapide et précis avec un Chuck Billy qui sait sortir une voix très rocailleuse (notamment sur les passages plus lents). Ok, nous voilà parfaitement installés pour la suite. « The Pale King » et « Stronghold » feront office de porte étendard en live par leur coté direct et fédérateur. « The Pale King » mélange parfaitement l’agressivité et la rapidité du thrash à la mélodie du heavy. Le groupe tient aussi des refrains entrainants à reprendre en live (« Seven Seals », « Born In A Rut »). « Neptune’s Spear » démontre tout le coté mélodique du groupe avec un super break rempli de guitares mélodiques.

Si l’album dans son ensemble est très bon, la 2e moitié du cd ne rencontre pas le même enthousiasme à mes oreilles. Ce n’est pas dû à une baisse de régime mais plutôt à une impression que ça tourne un peu en rond. Et clairement, les titres avec le plus grand potentiel se retrouvent au début de l’album. C’est dommage mais je dois l’avouer, tenir le même niveau sur toute la longueur de l’album est très difficile. Pour vous donner un exemple, « Black Jack » ou « Canna Business » sont des morceaux honnêtes mais ne rivalisent pas avec ce qui est proposé en début d’album. Descendre d’un cran le niveau de l’album, peut-être mais ça ne le plombe pas non plus. Jusqu’au dernier morceau, « The Number Game », les Américains vous corrigent les tympans.

Testament peut se targuer d’avoir un line-up de rêve. Il y a bien-sûr le trio indéboulonnable qu’est Billy-Skolnick-Peterson mais quand on a en + Steve DiGiorgio à la basse et Gene Hoglan à la batterie, je pourrais difficilement comprendre qu’on puisse se casser la gueule. Bref, tout ça pour dire que ça joue subtilement et qu’il existe une osmose entre les musiciens. Ça sonne très propre et sans fioriture.

Alors, « thrash as it should be in 2016 » ? Certainement. En dehors d’une redondance dans la 2e moitié de l’album, il n’y a pas grand-chose à jeter de Brotherhood Of The Snake. Testament fait plaisir à écouter et reste fidèle à ses principes. On n’a plus qu’à espérer une date en tête d’affiche pour qu’ils nous assomment définitivement.

Tracklist :

1. Brotherhood Of The Snake

2. The Pale King

3. Stronghold

4. Seven Seals

5. Born In A Rut

6. Centuries Of Suffering

7. Neptune's Seals

8. Black Jack

9. Canna Business

10. The Number Game
 
Chroniqué par : PROPHET
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)