;






Date de sortie : 04/06/2010

Style : Metal Progressif

Pays : Allemagne


Note : 17/20
Vanden Plas
“The Seraphic Clockwork”

Impossible pour nous de couvrir toute l’actualité des sorties « metal ». A vrai dire, nous ne l’ambitionnons même pas. Ce qui nous amène régulièrement à devoir faire l’impasse sur des disques, non sans regrets. A peu de choses près, c’eut été le cas également pour la sixième réalisation de Vanden Plas. Mais voilà, même si ce disque est sorti il y a environ cinq mois, il m’a paru injuste de ne pas lui consacrer une chronique sur Rock ‘n Balls tant il m’a agréablement surpris.

Vanden Plas, formation de metal progressif « mineure » et au nom peu affriolant, n’a certes jamais publié de véritables bouses sonores (lorsqu’on pense à Beyond Daylight et Christ.0, c’est même tout le contraire) mais elle n’est jamais arrivé pour autant à soulever les foules. Le petit nouveau, The Seraphic Clockwork, n’y parviendra sans doute pas plus que ses prédécesseurs, mais dans ce cas-ci, c’est pourtant très dommage ! Vanden Plas n’a pas changé de style, il n’y a eu aucun changement drastique : ce groupe est toujours le même. Mais il semble cette fois que les étoiles se soient parfaitement alignées. L’expérience acquise par les Allemands ces dernières années grâce à leurs « opéras rock » et autres performances aussi originales qu’ambitieuses explique-t-elle le succès de cet opus ? Pas impossible du tout.

Ce qui est certain, par contre, c’est que des huit morceaux composant The Seraphic Clockwork, pas un n’est à jeter. « Frequency » joue parfaitement son rôle de titre introductif en mettant tout le monde d’accord. Véritable bijou de metal prog moderne, ce titre superbement bien écrit, garnis de riffs plombés signés Stephan Lill et à la technique qui ne verse jamais dans le démonstratif, est en outre affiné par de belles mélodies et un chant parfait. Il faut dire qu’avec Andy Kuntz, Vanden Plas a toujours eu un grand chanteur (au timbre assez proche de Klaus Meine, par ailleurs)… Les Allemands persistent et signent sur « Holes in the Sky », un rien plus aéré et bénéficiant d’un riff principal qui n’est pas sans nous rappeler l’Images and Words des maîtres du genre. Le groupe enquille avec quatre titres plus calmes et assez longs, ce qui nous fait penser qu’il est un peu regrettable qu’après ce beau départ, le disque souffre légèrement d’un ventre (un peu trop ?) mou. J’ai bien dit « légèrement » car la qualité de ces titres n’est pas à mettre en doute, surtout « Scar of an Angel », sorte de fausse ballade très fine et encore bien servie par les mélodies inspirées et le chant impeccable de Kuntz.

Avec « Rush of Silence », Vanden Plas injecte à nouveau de la testostérone dans son album. Malgré son riff d’entrée couillu, ce titre est cependant une nouvelle fois nuancé et bien équilibré, le groupe ne cédant à l’appel d’aucun « canon » du genre, il développe son style qui n’est pas dépourvu en émotions, et le fait en prenant son temps, en préférant la qualité des compositions à la technique pure et dure. Un bon exemple de cette façon qu’a Vanden Plas de demeurer dans la marge tout en pratiquant un style familier est « On My Way to Jerusalem », qui clôt les débats. Long de 12 minutes, ce titre se présente comme un vrai cas d’école du progressif : changements de registre, parties solo développées, rythmiques mouvantes, etc. Mais décidément, ces Allemands ont le sens de la mesure. Rien n’est forcé, tout est dosé avec sagesse et minutie, et le groupe s’attache souvent à compenser les « effets » prog par des mélodies entraînantes, ce qui en fait un vrai grand morceau, très équilibré et pas ennuyeux un seul instant.

Pour ne rien gâcher, Vanden Plas nous offre, en guise de bonus track de la version digipack de cet album, un titre live d’un des opéras rock auxquels il a consacré beaucoup de temps ces dernières années et qui rencontrent beaucoup de succès en Allemagne. Ce morceau est tiré d’un rock oratorio basé sur « Ludus Danielis », une pièce de théâtre du Moyen-âge. C'est très beau, très différent du reste de cet opus, forcément, et Vanden Plas a eu raison de l'ajouter car il nous permet de découvrir un aspect du groupe que les fans non-Teutons ne connaissent pas bien. Jusqu’au bout, donc, ce groupe n’aura pas fait une seule faute de goût et nous offre un album de metal progressif très inspiré, loin des poncifs du genre, et dont la qualité tient aussi (surtout ?) à son humilité. Cela méritait bien qu'on s'y attarde, même avec (grand) retard !

 

Tracklist :

1. Frequency
2. Holes in the Sky
3. Scar of an Angel
4. Sound of Blood
5. The Final Murder
6. Quicksilver
7. Rush of Silence
8. On My Way to Jerusalem

Bonus track (version digipack) :
9. Eleyson


 
Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)