No more bad blood
Partagez cette interview sur FacebookTéléchargez une version PDF de cette interview !
Read the English version

"No more bad blood"

Entretien avec Mike Cox (batterie)
Interview, traduction et édition par Sponge

 
Qui aurait cru en un retour en bon et dûe forme de Coal Chamber, suite au splitt du groupe qui avait suivi la sortie de Dark Days en 2002 ? Personne, c'est clair. L'ambiance était devenue tellement tendue entre les musiciens que ceux-ci ne s'étaient pas parlé pendant de longues années, et il était devenu impensable de revoir un jour le groupe au complet sur les planches. Pourtant, la vie faisant des miracles, Dez Fafara, Meegs Rascon, Mike Cox et Nadja Peulen ont finalement mis leur orgueil en poche, discuté longuement, pour finalement revenir sur le devant de la scène, et dans un second temps entrer en studio pour enregistrer un quatrième opus, attendu sans plus aucun espoir par les fans de la première heure. Rivals est donc arrivé dans les bacs comme le messie sur la Terre Promise, et Coal Chamber a entamé ses tournées promotionnelles dans le bonheur et l'allégresse générale. C'est lors du dernier passage du groupe en Belgique que j'ai eu l'occasion de rencontrer le cogneur de fûts de la formation, toujours aussi déjanté et à l'énergie inégalable, avec qui j'ai pu échanger à propos de ce nouveau disque et de la nouvelle personnalité du groupe de Los Angeles.

Sponge (Rock'N'Balls) : Salut Mike! Comment vas-tu alors que tu fais la promo de ce nouvel album de Coal Chamber ? Est-ce que ça fait bizarre après treize ans sans un album studio ?

Mike Cox : Tout le monde va bien ! Nous terminons cette tournée européenne, il nous reste deux dates, ensuite les festivals d'été et puis nous rentrerons à la maison. Ca a été vraiment terrible jusque là. À propos de cet album, en fait c'était bizarre les quelques premiers jours, mais maintenant ça me semble tout à fait normal. Le public a été génial, les concerts étaient sold out, en fait on dirait que nous n'avons jamais splitté ! Mais tous les clubs où nous jouons ne sont pas aussi gros que celui-ci, nous devons donc encore beaucoup travailler, nous nous sentons comme un jeune groupe en fait, même si nous sommes vieux (rires).

S : On se souvient que ta relation avec Dez n'était pas au mieux quand le groupe a splitté. Comment avez-vous réglé ces problèmes pour finalement vous réunir et composer à nouveau ensemble ?

Mike : Eh bien ça a simplement pris longtemps. Après le splitt, je pense ne pas avoir parlé à Dez pendant cinq, six, voire même sept ans, pas un seul mot, rien ! J'ai arrêté la musique, je ne voulais plus jouer, je voulais essayer autre chose... Après plusieurs années, Meegs a reparlé à Dez, il a joué une fois avec Devildriver sur scène, et m'a ensuite appelé en me disant "Tu sais, j'ai beaucoup parlé avec Dez, on devient à nouveau amis, on s'envoie des messages, on discute..." mais ils n'avaient jamais parlé de remonter le groupe. Mais finalement on nous a proposé de jouer au Soundwave Festivals en Australie, nous en avons discuté, nous l'avons fait, tout s'est très bien passé... et nous voilà ! Tout est super, les concerts sont complètement dingues, l'album se porte bien, et l'enregistrement a été très facile, cette fois-ci ! Parce qu'à l'époque, c'était très difficile pour nous, car nous ne passions plus du tout de temps ensemble, nous ne nous parlions tout simplement plus ! Mais cette fois-ci, plus de bagarres, nous avons tous grandi, nous sommes plus matures, nous sommes les meilleurs amis du monde. Et ça aurait dû être comme ça tout le temps... mais parfois il faut franchir des obstacles avant d'y parvenir, tu vois...

S : Comment était-ce d'écrire à nouveau de la musique ensemble, surtout après si longtemps ?

Mike : C'était génial ! Meegs et moi avons toujours été amis, ça n'a jamais changé, donc composer avec lui est très facile pour moi. Nous venions avec des idées, et c'était vraiment bon d'avoir à nouveau Dez sur ces titres, parce que tu vois... quand nous composions à deux sans lui, notre musique n'avait rien à voir avec ce que nous faisons maintenant. Mais à la seconde où Dez est revenu, nous avons pu retrouver notre style, et ce fût un grand plaisir ! J'étais plutôt nerveux au départ, car je ne savais pas comment ça allait sonner, mais ces chansons se sont révélées très bonnes, et je crois que ce nouvel album est bien meilleur que les précédents. Il est plus mature, plus heavy, plus méchant, il inclut vraiment tout ce qui nous caractérise à l'heure actuelle ! J'adore ce disque, vraiment.

S : Ce nouvel album s'intitule donc Rivals et est finalement disponible partout ! Quels retours en avez-vous déjà reçus ? Les réactions sont-elles aussi bonnes que vous l'espériez ?

Mike : Très bonnes ! Les gens qui auparavant nous donnaient de mauvaises notes aujourd'hui adorent notre album. Parce qu'au départ Coal Chamber était un groupe que les critiques n'aimaient pas du tout, nous vendions beaucoup d'albums, mais les journalistes nous détestaient ! Et maintenant, ils nous aiment ! Mais finalement ce que les critiques ou les gens pensent nous importe peu, si ils aiment c'est cool, et si pas ça ne changera pas notre façon de composer, car nous n'écrivons pas pour faire plaisir à telle ou telle personne. Mais jusque là, tout se passe vraiment bien, cela fait plusieurs semaines que le disque est disponible et nous recevons pas mal de propositions pour des tournées etc... nous sommes donc très occupés, nous avons beaucoup à faire.


"Au départ Coal Chamber était un groupe que les critiques n'aimaient pas du tout, nous vendions beaucoup d'albums, mais les journalistes nous détestaient ! Et maintenant, ils nous aiment !" (Mike Cox)

Coal Chamber

S : Les fans du premier album seront certainement un peu surpris par ces nouvelles chansons, mais ceux qui aimaient Dark Days seront certainement enchantés, car votre musique a évolué mais reste quand même proche de cet album sorti en 2002. Comment décrirais-tu cette évolution ?

Mike : Ouais, à l'époque de Dark Days nous étions plus âpres, clairement plus sombres, et un peu plus sensibles aussi. Le premier album avait été écrit sur plusieurs années avant que nous ne trouvions un accord avec un label, mais Dark Days est arrivé au plus mauvais moment du groupe, Dez, Meegs et moi ne nous sommes même pas vus en studio pendant l'enregistrement ! Je ne sais même pas comment nous sommes arrivés à enregistrer cette plaque, c'était vraiment une sale période. Donc ce nouveau disque descend un peu de Dark Days, c'est sûr, mais il est aussi différent. Mais si nous n'avions jamais splitté, je pense que nous aurions de toute façon écrit cet album, définitivement. C'est arrivé comme ça, nous ne nous posons pas trop de questions à ce propos.

S : Personnellement, je trouve que Rivals est un très bon album, mais il demande plusieurs écoutes pour l'apprécier à sa juste valeur, j'ai dû l'écouter de nombreuses fois pour apprendre à l'aimer. Comment expliques-tu cela ?

Mike : Cool, j'adore ça ! Le fait que tu doives le réécouter une deuxième ou une troisième fois, et que tu veuilles l'entendre encore et encore, c'est super positif, ça veut dire qu'il t'intéresse ! Et qu'en plus, tu l'écoutes souvent, c'est très bien comme ça (rires).

S : Ce disque sonne différemment des précédents, le son est plus moderne en général, la guitare est moins présente dans le mix, par rapport à la batterie et à la basse. Est-ce à cause des nombreux effets utilisés par Meegs ? Ou était-ce une volonté du groupe de trouver précisement ce nouveau son ?

Mike : Nous n'avons pas "cherché" ce nouveau son, mais ma batterie était tellement puissante sur ces enregistrements ! (rires) Mon son est vraiment monstrueux, et sur Dark Days c'était plutôt la guitare qui était très en avant, donc c'est un peu ma revanche sur Meegs (rires). Mais c'est vrai qu'il utilise beaucoup d'effets, des sons bizarres qui entrent, qui sortent, et si tu les mets tous à fond ça n'a plus du tout le même effet. Mais bon... la batterie est terrible, tu peux presque m'entendre respirer sur cet album (rires), mais c'est sorti naturellement comme ça, et quand nous avons entendu le mix nous savions qu'il ne fallait pas monter les guitares plus que ça, car les chansons sont déjà très rythmiques et heavy comme ça. Donc, je suis heureux... car je sonne monstrueusement bien ahah (rires).

S : Quel est ton morceau préféré sur cet album, et quel est aussi le plus important de tous selon toi ?

Mike : Mon préféré est clairement "Bridges You Burn", et de loin. J'adore cette chanson, mais aussi "Another Nail In The Coffin", nous allons commencer à la jouer en live après cette tournée. Mais "Rivals" est le titre le plus important du disque. Tu sais, j'ai déjà fait des centaines d'interviews pour la promo de ce nouvel album, Dez et Meegs également, et tout le monde nous demande ce que signifie ce titre, "Rivals". Au début, avant que l'album ne sorte, les gens nous disaient "Ca parle certainement de vous en tant que rivaux dans le groupe, car vous vous détestez !" (rires), mais je répondais toujours "Si nous étions vraiment rivaux, nous n'aurions jamais fait cet album !". C'est plutôt un thème universel, mais nous avons quand même dû d'une certain façon dépasser les rivaux que nous étions devenus pour finalement parler à nouveau, tu vois, le plus grand obstacle dans ta vie, c'est finalement toi-même ! Si tu te dis que tu ne peux pas faire quelque chose, tu n'y arriveras forcément pas. Pendant des années, j'ai voulu appeler Dez, mais je me disais "Qu'il aille se faire foutre !", car les musiciens sont très bornés, tu vois. Mais quand nous avons dépassé ce stade, nous nous sommes rendu compte que nous nous aimions réellement, c'est vraiment bizarre. C'est une chanson très "karmique". Mais ça ne parle pas de nous ! (rires)

Coal Chamber

"Dark Days est arrivé au plus mauvais moment du groupe, Dez, Meegs et moi ne nous sommes même pas vus en studio pendant l'enregistrement ! Je ne sais même pas comment nous sommes arrivés à enregistrer cette plaque, c'était vraiment une sale période." (Mike Cox)

S : Pour ce nouveau disque, Nadja est revenue dans le groupe, remplaçant Chela qui jouaient avec vous depuis la réunion. Pourquoi avoir choisi de la rappeler ? Et pourquoi pas Rayna ?

Mike : Nous voulions retrouver Nadja dès le départ, quand nous avons joué en Australie. Mais elle était occupée sur d'autres projets, et le timing n'était pas bon. Mais nous voulions faire ce festival, donc Chela nous a rejoints et elle a vraiment assuré, elle est géniale et tellement talentueuse ! Je pense même qu'elle était trop bonne pour nous, car elle a un jeu très technique. Mais ensuite Nadja s'est libérée de ses obligations, et tout s'est vraiment bien passé pour tout le monde lors du changement. Et puis, Nadja a finalement pu enregistrer un album avec nous en studio, ce qui n'était jamais arrivé ! Elle n'avait joué qu'en live avec Coal Chamber, et le fait qu'elle puisse se poser sur un disque la rend encore plus fière de faire partie du groupe. Cet album fait vraiment sens pour chacun d'entre-nous, en fait. Tout le monde est très heureux. Sur scène, nous sommes une bande de branleurs lunatiques, mais ça c'est la scène (rires).

S : Vous avez publié un premier clip vidéo pour la chanson "I.O.U. Nothing", mais on ne voit pas du tout le groupe dans cette vidéo ! Pourquoi avoir choisi de ne pas y apparaître ? Et prévoyez-vous de filmer d'autres clips pour cet album ?

Mike : Cette vidéo était totalement un concept de notre réalisateur, mais ce n'est pas notre clip principal. Nous allons filmer une autre vidéo à la fin de cette tournée, cette fois-ci pour "Another Nail In The Coffin", avec mon frère à la réalisation, il est super bon. Ce sera une vraie vidéo du groupe, où vous pourrez nous voir, ce sera absolument dingue.

S : Vous êtes actuellement en tournée en Europe pour la promotion de cet album. Est-ce qu'il vous arrive de croiser des fans de la première heure ? Ou constatez-vous plutôt que votre fanbase a évolué ?

Mike : Un peu des deux, en fait. En Écosse, nous avons rencontré une fille qui avait 14 ans, et elle nous a dit que dans son lycée tout le monde écoutait Coal Chamber ! Donc nous avons clairement de nouveaux fans, mais nous croisons effectivement aussi d'anciens fans qui sont toujours là. Mais il y a sûrement aussi plein d'anciens fans qui ne savent même pas que Coal Chamber est de retour ! Nous essaysons de jouer partout où nous le pouvons, et tout le monde est le bienvenu, mais je suis quand même surpris de voir autant de jeunes fans venir à nos concerts.

S : Quelles sont les réactions du public lors de vos nouveaux concerts ? Est-ce comme avant, ou avez-vous aussi constaté une évolution par rapport aux shows de la "vieille époque" ?

Mike : Ouais ! Notre show a Londres était complètement dingue, c'était sold-out un mois avant la date, je me suis senti vraiment célèbre (rires). Sinon, c'est un peu comme aux States : parfois c'est terrible, parfois c'est moins bon, en Amérique du Sud les gosses sont complètement fous, ça dépend vraiment de l'endroit où tu joues.

Coal Chamber

"Nadja n'avait joué qu'en live avec Coal Chamber, et le fait qu'elle puisse se poser sur un disque la rend encore plus fière de faire partie du groupe. Cet album fait vraiment sens pour chacun d'entre-nous, en fait. Tout le monde est très heureux. Sur scène, nous sommes une bande de branleurs lunatiques, mais ça c'est la scène (rires)." (Mike Cox)

S : Eh bien, merci beaucoup pour cette interview, Mike ! C'était un plaisir de te rencontrer ! As-tu un dernier mot pour fans ici en Belgique et partout ailleurs ?

Mike : Je veux remercier tout le monde, ceux qui viennent aux concerts, qui achètent notre album, et qui sont là depuis vingt ans ! Ce n'est clairement pas notre dernier disque, ce n'est pas un one-shot, nous ne serions pas revenus uniquement pour ça. Nous sommes là pour un moment, maintenant !








Lire la version française

"No more bad blood"

Conversation with Mike Cox (drums)
Interview and editing by Sponge

 
Who should have ever believed in a Coal Chamber comeback, after the split of the band which followed the release of Dark Days in 2002? No one, it's pretty clear. The relationship was so strained between the musicians that they haven't talked for some long years, and it had become unbelievable to see the band again complete on stage again. Yet, life makes miracles, Dez Fafara, Meegs Rascon, Mike Cox and Nadja Peulen swallowed their pride, talked a lot, to finally come back to the scene, and it a second time to go back in the studio and record a fourth disc, still awaited without any hope by the first-hour fans. Rivals has now arrived in the shops like the Messiah on the Promised Land, and Coal Chamber started its promotional tours in happiness and overall joy. At the time of the band's latest show in Belgium, I had the opportunity to meet with the always so nutty drummer of the formation, with who I talked about this new disc and the new personality of the Los Angeles band.

Sponge (Rock'N'Balls): Hi Mike! So how u doin' as you're promoting this new Coal Chamber album? Is it weird to do so after after thirteen years without a studio album for this band?

Mike Cox : We're good! We are coming to the end of this European run that we are doing, we have two more shows, then the festivals in the end and then we'll go home. It's been really really good so far. About the record, well it was weird for the first couple of days, but now it feels normal! You know, the crowds have been so good, the shows were sold out, so the response is like we never broke up! But not every place we're playing at are as big as here tonight, so now we have to work a lot, we feel like we are a brand new band, even though we're old (laughs).

S: We can remember that your relationship with Dez wasn't at the top when the band splitted. How did you handle these issues to finally get back together and write good music again?

Mike : Well it just took a lot of time. After the last break up, I don't think I talked to Dez for five, six or seven years, not a single word, zero! I quit playing music, I didn't wanna play anymore, I wanted to try something else... After several years, Meegs started to talk again with Dez, he played once with Devildriver on stage, then he called me and said "You know, I've been talking a lot with Dez, we're starting to become new friends, texting, talking, but never been talking about putting back the band together.". But finally, we've been offered to play Soundwave in Australia, and we went and did it, and it went so well that... here we are now! It's going really good, the shows are completely crazy, the record's doing good, recording this record was easy this time! 'Cause back in the days, it was really hard for us, 'cause we didn't get along, we didn't use to get along! But this time no more fighting, I think we just all got older, a lot more mature, we're all like best friends now. That's how we should have been the all time... but sometimes you have to go through the bad stuff, you know...

S: How has it been to write music together this time, after a so long time?

Mike : It was great! Me and Meegs have always been friends, we never stopped being friends, so writing songs with him is really easy for me. So me and Meegs would come up with the ideas, and it was really great to have Dez back on these tracks, 'cause you know... when Meegs and I used to write without Coal Chamber, our music was nothing like this. So the second we know Dez is there, we would write a different style, and it's just fun again! I was kinda nervous at first, 'cause I didn't know it was gonna sound, but the songs just came out really good, and I think this record is way better than our other records. It's more mature, it's heavier, it's nasty, it really encompasses what we are! I really love this record, a lot.

S: So this new album is called Rivals and is finally out worldwide! What feedbacks did you already get about it? Are the reactions as good as you expected?

Mike : It's been really good! People that used to not give us good reviews on our albums now love this record. 'Cause you know Coal Chamber used to be a band that the critics didn't like, we sold a lot of records but the critics hated us! And now they're liking us. But we don't care what people or critics think, if they love it, cool, but if they don't like it, well it's not gonna change the way we write, 'cause we don't write songs so to please certain people. But so far it's been really good, it's now out for a couple of weeks and we're getting offers to do different great things, like tours, so we're really busy, we have a lot of work to do.


"Coal Chamber used to be a band that the critics didn't like, we sold a lot of records but the critics hated us! And now they're liking us!" (Mike Cox)

Coal Chamber

S: The first album fans will probably be a little bit surprised with these new songs, but the ones who loved Dark Days will probably be delighted, as your music evolved a lot with the years but stayed a little bit closer to this 2002 album. How would you personaly describe this evolution?

Mike : Yeah, in the Dark Days era, we were more greedy, definitely darker, and a little more emotional. You know the first record was written over the course of years and years before we had a record deal, but Dark Days was at the worst time of the band, like Dez and Meegs and me we won't even be in the studio together! I don't even know how we got this record done, it was really bad at this time. So this new record came a little bit from Dark Days, but it's different, but if we never broke up, I think we would have written this record, definitely. But it just happened to work like that, so we don't question it.

S: Personaly, I think Rivals is a very good album, but it takes some time to enjoy it, I had to listen to it carefully several times to learn to enjoy it. How do you explain that?

Mike : Cool, I love that! I think the fact that you like to listen to it a second and a third time is cool, 'cause if you need to listen to it four or five times, well it means you listen to it again (laughs).

S: It sounds a little bit different than the previous records, as the overall sound is more modern, with a guitar that's less present in the mix, comparing to the drums and bass. Is it because of the numerous effets Meegs is using? Or was it a wish from the band to find a brand new sound?

Mike : We didn't do it on purpose, it's just that my drums came out so fucking loud! (laughs) These drums are really big, and on Dark Days the guitar was really loud, so I think this is me getting back at Meegs (laughs). But Meegs also has a lot of effects, like weird sonic things going in and out, that if you turn them all up it doesn't have the same effect. But yeah, the drums are huge, you can almost hear me breath on this record (laughs), but it just kinda came out like that, and when we heard the mix we knew that we didn't have to put the guitars super loud on this, 'cause the songs are so rythmic and heavy. Well, I'm happy... 'cause I'm loud as fuck ahah (laughs).

S: What is your personal favorite track on this album, and what is the most important according to you?

Mike : My personal favorite is "Bridges You Burn", by far. I love that songs, but alaos "Another Nail In The Coffin", we're gonna start adding it to the set after this tour. But "Rivals" is the most important track. You know I've done thousands of interviews about this record, but Dez and Meegs as well, everyone asking what's that song about, and at first, before the record came out, people used to tell us "It's about you guys as rivals in the band, 'cause you guys hate each other!" (laughs), and I was like "If we were rivals, we would never have done this record!". So it's kind of a universal statement, but we had to overcome the rivals in our heads to talk to each other, you know, the biggest obstacle in your life is yourself! If you tell yourself you can't do something, you are not gonna do it. For years I wanted to call Dez, and I was telling myself "Fuck him!", 'cause musicians are very stubborn, you know. But when we all overcame the rival in us, we realized that we actually like each other, it's really weird. So it's a big karma song. But it's not about us (laughs).

Coal Chamber

"Dark Days was at the worst time of the band, like Dez and Meegs and me we won't even be in the studio together! I don't even know how we got this record done, it was really bad at this time." (Mike Cox)

S: For this new album, Nadja came back in the line-up, replacing Chela who played live with you until 2014. Why did you decide to get her back in the band? And why not Rayna?

Mike : Well we wanted Nadja originally when we did Australia! But she was doing other stuffs, and the timing wasn't right. But we could turn down Australia. So we got Chela, and she did an awesome, she's amazing and so talented, I think she was too good for us, 'cause she's playing very technical. But then Nadja became available, and there wasn't no hard feelings from anyone, everything was great. And Nadja finally played on our record, 'cause she hadn't played on any of our records before, she had only toured with us. So it was the first album she actually played on, and it makes her even prouder to be in the band. So this record just makes sense for all of us! Everyone's really happe. I mean on stage we're a bunch of lunatics (laughs), but that's on stage.

S: We've recently published a new video for the single "I.O.U. Nothing", but we can't see the band at all in this video! Why did you choose not to appear in it? And do you plan to shoot other videos for this new album?

Mike : This one was just the director's concept video, but it's not our main official video. We're gonna shoot a new band video after the end of this tour, this one for "Another Nail In The Coffin", with my brother directing it, he's awesome. It's a full band video, it's gonna be completely crazy.

S: You're actually on tour here in Europe to promote this new record. Do you meet back with some old fans on the road? Or do you rather notice that Coal Chamber has a new young generation of fans?

Mike : It's definitely both. In Scotland we met a girl, she was like 14, and she told us that all the people at her high school was listening to us, so we definitely have new fans but we also see a lot of old fans. But there's also probably a lot of old fans who don't even know we're back! We are just trying to play, and whoever comes out comes out, but I'm surprised to see younger people in our shows, but there's a lot of 'em.

S: How are the reactions to the live shows? Is it just like back in the days, or do you also feel an evolution in the live acts for Coal Chamber?

Mike : Yeah! The London show was crazy, it was sold out a month before, I felt actually famous there (laughs). Otherwise, it's just like in the United States: some states are good, some others are less good, in South America the kids are crazy as fuck down there, so it all depends on where you're going.

Coal Chamber

"Nadja hadn't played on any of our records before, she had only toured with us. So it was the first album she actually played on, and it makes her even prouder to be in the band. So this record just makes sense for all of us! Everyone's really happe. I mean on stage we're a bunch of lunatics (laughs), but that's on stage." (Mike Cox)

S: Well thanks a lot for this interview, Mike. It's always a pleasure to meet you! Would you have a last word for your friends and our readers here in Europe?

Mike : We'd just like to thank everyone for coming out, getting the record, and being around for twelve years! This is not our last record, we're not just doing this record and then leaving, we wouldn't have gone back together if that was the case. We're gonna be here for a while!





Interviewé par : SPONGE
 
RETOUR
 
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)