Du coucher du soleil à l’aube…
Partagez cette interview sur FacebookTéléchargez une version PDF de cette interview !

"Du coucher du soleil à l’aube…"

Entretien avec Shawter (chant)
Interview et édition par Prophet

 
Dagoba est de retour avec son nouvel album Tales of The Black Dawn sorti fin juin et une tournée en première partie de Moonspell fin d’année. L’occasion était trop belle pour discuter avec Shawter de ce nouvel album, de sa conception mais aussi d’en savoir plus à propos du leader de Dagoba.

Prophet : Tales of The Black Dawn vient tout juste de sortir. Peux-tu me parler un peu de cet album ? Comment s’est passée la création de celui-ci ?

Shawter : C'est notre 6ème album studio, le second avec Z à la guitare, il succède à Post Mortem Nihil Est, et il est très brutal. Nous avons décidé de ne pas faire comme beaucoup d'artistes, soit s'adoucir, mais plutôt de dévoiler une facette plus obscure du groupe.

P : Qui s’est chargé de la composition de l’album ? Est-ce un procédé individuel ou un travail de groupe ?

Shawter : Je me suis occupé de la composition de Tales of The Black Dawn. Pour cet album, ça s'est fait exclusivement de la sorte. Bien évidemment mes copains m'ont fait part de leur avis quand je leur ai envoyé les compos, et il était hors de question que nous enregistrions une seule chanson qui ne plaise pas à l'ensemble du groupe.

P : L’album est très agressif et les chansons me paraissent particulièrement travaillées pour le live afin de donner encore + de punch à Dagoba sur scène. Est-ce une coïncidence ou avez-vous pensé à cet aspect lors de la composition ?

Shawter : Oui j'ai lu ça dans ta chronique. Non, je ne pense pas au live quand j'écris. Je pense avant tout à composer un truc qui est fidèle à ce que j'ai envie de proposer, qui respecte l'état d'esprit du groupe et le concept global de l'album. Je sais pas d'ailleurs si y'a une théorie qui explique comment on écrit une bonne chanson live et une bonne chanson album. Pour moi y'a des bonnes chansons, et donc les gens viennent en live pour voir les musiciens les exécuter en vrai.


« L'album décrit une traversée de la nuit et de tout ce qu'on peut trouver dans une nuit, de la sorcellerie (Sorcery), du vampirisme (O, Inverted World), et est articulé de la sorte. » (Shawter)

P : Un constat que je fais à propos de Tales of The Black Dawn est qu’il y a peu de mélodies, notamment au niveau de ton chant clair. Celui-ci est peu utilisé. Etait-ce une volonté de votre part de limiter tes interventions claires ou cela s’est fait naturellement, sans vous poser de questions ?

Shawter : J'utilise ma voix comme un instrument lambda. Elle sert d'arrangement final, après voir composé les riffs et les orchestrations. Quand il me paraît nécessaire ou évident de rajouter un peu de mélodie sur un riff (pas forcément un refrain, mais par exemple un ou des choeurs, comme sur la fin de « The Sunset Curse »), et bien je laisse libre cours à cette inspiration. Et en effet, sur cet album, les riffs appellent plus à des gueulantes scandées que des lignes mélodiques. Faut que ce soit cohérent, pas adoucir un truc car les gens sont habitués à avoir leur dose de mélodie dans Dagoba. Faire ce qu'on veut. Pas faire ce que les gens attendent en somme.

P : Si je devais choisir un morceau, ce serait « The Sunset Curse » ou peut-être « Morning Light » pour son final. Et toi, quel est ton moment préféré de l’album ?

Dagoba

Shawter : Le moment ou je le fais écouter au groupe et qu'on décide de l'enregistrer ! Sinon plus sérieusement, le pont de « O, Inverted World » avec son gimmick guitare très aérien qui contraste avec la fin du morceau qui elle est en fonte massive.

P : Une fois de plus vous avez décidé de travailler avec Logan Mader. Quel est l’impact de celui-ci sur le son Dagoba ? Se cantonne-t-il à la production ou travaille-t-il comme le 5e membre du groupe ?

Shawter : Il se cantonne à la production et honnêtement c'est déjà énorme. Faire sonner tous ces éléments ensemble et distinctement c'est du génie.

P : Le fait de travailler avec Logan vous a-t-il permis de vous faire connaître un peu plus du côté des Etats-Unis ?

Shawter : Tout à fait. Ainsi que le fait de tourner là bas et de ne pas négliger notre public Outre Atlantique.

P : Si je ne me trompe, tu es aussi impliqué dans la production des albums de Dagoba. Comment en es-tu arrivé là ? As-tu suivi des cours ou as-tu appris sur le tas ?

Shawter : Par nécessité économique. On a connu une flambée des prix des studios dans les années 2000 qui devenait indécente pour nos porte-monnaie. Il nous a fallut trouver une solution pour continuer à vivre de notre passion. Heureusement, les mêmes qui abusaient on dû se calmer avec l'arrivée des home studio de super qualité pour pas trop cher.

Dagoba

P : Aimerais-tu à ton tour produire (si ce n’est déjà fait) d’autres groupes ?

Shawter : En effet du coup je produis des groupes. Mais pour fixer mes tarifs je me base sur ce qu'on accepte de payer avec Dagoba. En réduisant la facture bien entendu car je suis pas Logan Mader, faut pas déconner. Je fais de la prod, du recording au mastering dans mon Eagle Black Studio.


« Définitivement. Je prends soin de moi car ça me permet d'être performant sur scène et de pas ressembler à un gros porc pour les gens qui paie pour voir un spectacle. C'est de la politesse, du respect. » (Shawter)

P : Y’a-t-il des groupes que tu voudrais produire en particulier (même des gros bonnets, soyons fous) ?

Shawter : N'importe lequel tant que les mecs sont cool.

P : Je t’avoue avoir un peu de mal à comprendre la pochette de votre album. Peux-tu m’expliquer le sens de celle-ci ?

Shawter : L'album décrit une traversée de la nuit et de tout ce qu'on peut trouver dans une nuit, de la sorcellerie (« Sorcery »), du vampirisme (« O, Inverted World »), et est articulé de la sorte. Par exemple, « The Sunset Curse » est au début de l'album, en gros le soleil se couche. Et le final se fait sur « Morning Light ». CQFD. Y'a des bruits de la nuit au début, et des bruits du matin à la fin. Quel animal peut mieux représenter cette chronologie nocturne qu'une chauve-souris ?

P : J’en reviens à ton chant clair, dont j’apprécie beaucoup le timbre. As-tu déjà eu l’envie de t’exprimer d’avantage avec, ne serait-ce que sur un projet parallèle (Metal ou pas) ?

Shawter : Merci pour la réflexion. Non, je m'en sers quand il le faut pour Dagoba, le reste on verra plus tard.

P : J’ai pu constater que tu travaillais ton physique et que tu sembles prendre soin de ton corps… Est-ce que cela t’aide lorsque tu pars en tournée ? Si oui, quels sont les trucs et astuces que tu utilises afin de préserver ton corps et ta voix de la fatigue ?

Shawter : Définitivement. Je prends soin de moi car ça me permet d'être performant sur scène et de pas ressembler à un gros porc pour les gens qui paient pour voir un spectacle. C'est de la politesse, du respect. Pour la voix y'a que deux remèdes : dormir et boire de l'eau. Et plein de trucs à éviter : l'alcool, fumer, parler avec des cons, voter, manger mcdo, le périph' de Paris, supporter le psg, etc !

P : Vous allez tourner fin d’année en Europe avec Moonspell qui joue un style bien différent du vôtre. Vous connaissez-vous bien ? Entretenez-vous des liens particuliers avec eux ?

Shawter : Je ne les connais pas personnellement mais il me tarde de les découvrir. Vivement !

Dagoba

P : Une fois de plus, vous passez par la Belgique et c’est d’ailleurs toujours un plaisir de vous y voir. Vous semblez apprécier vos passages chez nous. Y’a-t-il des choses que tu aimes dans notre pays ou que tu ne retrouves pas en France (ou ailleurs) ?

Shawter : Oui, un certain humour, une autodérision qui manque cruellement en France. Big up à mon pote Jean-Onche le Musclay.

P : Shawter, un grand merci pour cette interview ! C’était en tout cas un plaisir pour moi ! Je te laisse le mot de la fin, aussi improbable et saugrenu soit-il !

Shawter : À bientôt les copains !





Interviewé par : PROPHET
 
RETOUR
 
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)