British black steel

Read the English version
Partagez cette interview sur Facebook

"British black steel"

Entretien avec Naut (Chant)
Interview, traduction et édition par PROPHET

Lorsqu’on parle de black metal, on ne pense pas forcément à la Grande-Bretagne. C’est pourtant de là que vient Ethereal, groupe de black metal symphonique qui travaille actuellement sur son deuxième album Terra Damnata. Naut, chanteur du groupe, nous parle de ce deuxième album, de leur tournée qui les a vus jouer avec Belphegor et Vital Remains et de sa passion pour le metal extrême.

Prophet: Comment va Ethereal ? Je pense que vous travaillez sur votre 2e album. Peux-tu m’en dire plus ?

Naut: Tout va bien. Nous sommes en effet en train de travailler sur notre second album qui s’intitule Terra Damnata. Nous sommes actuellement en pré-production et je commence à travailler la voix et les paroles, la musique sonne super ! Sombre et tordue ainsi qu’une nette progression depuis Opus Aethereum.

P: Sais-tu quand votre 2e album sera disponible ?

Naut: Il est trop tôt pour le dire mais dans le courant 2017.

P: Quelles ont été les retombées d’Opus Aethereum ? A-t-il dépassé vos attentes ?

Naut: J’ai l’impression qu’Opus Aethereum a bien été reçu, les réactions des critiques et des fans furent vraiment positives et c’était vraiment super de voir que des gens du monde entier ont écouté l’album. Nous nous attendions à ce que nos fans apprécient l’album car les morceaux avaient déjà reçu des retours positifs en concert. Au-delà de ça, je n’avais pas d’attentes particulières.

P: Qui compose la musique d’Ethereal ? As-tu une implication dans l’écriture des morceaux ?

Naut: La musique est dans un premier temps écrite par M-Inanz (guitare) qui collabore étroitement avec Iyaan (guitariste/fondateur du groupe) à la création des riffs, des structures et du son global de la musique. J’écris et arrange la voix et les paroles. Une fois que ces tous ces éléments seront mis ensemble, nous modifions les morceaux en conséquence pour que chaque élément musical et vocal ait son impact maximum.

P: J’ai toujours trouvé l’écriture des paroles pénible. Comment ça se passe pour toi ? De quoi parles-tu dans vos chansons ?

Naut: Le fait d’écrire des paroles peut parfois être frustrant car je ne pense pas que ce soit quelque chose que l’on puisse forcer. J’essaie seulement d’écrire lorsqu’une idée forte me vient en tête de ce à quoi je veux que ressemble la voix. Quand j’écoute de la musique, je trouve qu’elle exprime des images dans mon esprit et j’utilise en général ces idées comme point central du contenu des paroles. La musique extrême évoque souvent une imagerie destructive ou négative mais en même temps c’est stimulant. Dans ce monde de toute évidence défaillant, il n’est pas difficile de trouver de l’inspiration pour des thèmes négatifs ou destructeurs. L’inévitable chute de l’humanité et tout ce qui s’en rapporte vont être des sujets de prédilection des paroles de Terra Damnata… qui signifie « terre condamnée ».

P: Vous avez un contrat avec Candlelight Records qui possède (ou a possédé) beaucoup de groupes importants (Emperor, Fear Factory, Obituary, Opeth etc.). Qu’est-ce que ça fait d’être sur un tel label ?

Naut: En tant que fan de musique extrême de longue date, je possède beaucoup d’albums sortis par Candlelight Records de groupes qui sont réellement influents et importants pour moi. Nous étions tous particulièrement fiers de signer avec Candlelight.

P: Depuis quand écoutes-tu du metal et quels sont tes groupes favoris ?

Naut: D’aussi loin que je me souvienne, j’aime le rock. Ca a commencé dès mon enfance tu sais, les albums de Led Zeppelin de mon père. Il m’a emmené voir Jimmy Page et Robert Plant quand j’avais 10 ans et depuis, je suis accro. Lorsque j’étais un jeune adolescent, j’ai découvert le metal et écoutais des groupes comme Metallica, Sepultura, Pantera et Slayer… Je jouais dans un groupe qui jouait principalement du metal des années 80. A partir de là, j’ai simplement cherché le niveau extrême suivant. J’ai fini par découvrir le black et death metal. Un ami m’a emmené voir Dissection à Birmingham en 2004. Ce fut un concert inoubliable et c’est à ce moment-là que j’ai su que je voulais jouer de la musique extrême, précisément du black metal.


« Le fait d’écrire des paroles peut parfois être frustrant car je ne pense pas que ce soit quelque chose que l’on puisse forcer. J’essaie seulement d’écrire lorsqu’une idée forte me vient en tête de ce à quoi je veux que ressemble la voix. » (Naut)

P: Depuis quand chantes-tu dans un groupe ? Qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans la musique ?

Naut: Je chante depuis environ 3-4 ans je crois. J’ai joué de divers instruments depuis mon enfance mais je n’ai en fait jamais eu l’intention de devenir chanteur. Je voulais devenir batteur, j’ai donc dédié mon adolescence à ça et finalement j’ai martelé dans un groupe de blackened death metal. Vers mes 20 ans, j’ai commencé à m’intéresser d’avantage à la guitare et l’écriture et j’ai également commencé à étudier la production et l’ingénierie sonore. C’était seulement parce que je faisais des démos que j’essayais d’enregistrer la voix, ça n’a jamais été quelque chose qui m’intéressait spécialement. Au début, j’étais plutôt mauvais mais plus j’essayais, plus je m’améliorais et plus j’appréciais. Rapidement, je jouais de la guitare et chantais dans un autre groupe. C’est à ce moment-là que les gars d’Ethereal m’ont contacté pour devenir leur chanteur et dès que j’ai commencé à faire ça, c’est juste devenu clair. C’est donc un peu venu par accident mais j’apprécie vraiment être le chanteur et frontman du groupe.

P: Quelle est la signification de ton surnom ?

Naut: C’est dérivé d’un mot de l’ancien grec qui s’est glissé dans la langue anglaise. Ca se retrouve dans des mots comme psychonaute ou astronaute et signifie « celui qui explore ». J’ai toujours considéré l’expérience d’écouter ou de créer de la musique comme une sorte d’exploration de soi et c’est pourquoi j’ai choisi ce nom.

P: Ton chant me semble particulièrement travaillé. As-tu des techniques pour t’entraîner ?

Naut: Merci. Pour ce qui en est de techniques de cris spécifiques ou autres, je pense qu’il y a déjà beaucoup d’informations de qualité un peu partout et pour être honnête, je ne m’entraîne pas tant que ça. Je pense que ce qui m’a aidé, c’est d’enregistrer ma voix assez souvent car je suis toujours en train de travailler sur quelque chose. Faire cela m’aide à analyser ma voix et trouver de nouvelles façons de travailler avec, c’est applicable au live également. Nous avons maintenant fait pas mal de shows et de performance en performance, je me sens plus capable de chanter encore mieux. J’imagine que si je devais donner un conseil, ce serait de continuer à s’entraîner et de toujours faire son possible pour améliorer ce que tu fais. Je pense aussi qu’il est important pour un chanteur de se concentrer sur les qualités uniques de sa voix. C’est ça qui est chouette, chaque voix est unique. Il est futile d’essayer de perdre du temps à vouloir sonner comme un autre chanteur, c’est toujours mieux de travailler à développer ce qui est naturel selon moi et bien sûr expérimenter autant que possible !

P: Comment s’est passée la tournée avec Hate, Belphegor et Vital Remains ?

Naut: C’était génial ! Sans aucun doute une expérience folle avec son lot de kilomètres parcourus et pas assez de sommeil mais nous nous sommes éclatés et avons eu d’excellentes réactions à chaque show, nous avons vu beaucoup d’endroits sympas et rencontré beaucoup de gens supers.

P: Quels sont tes meilleurs souvenirs/concerts de cette tournée ?

Naut: En Belgique, j’ai pu rejoindre Vital Remains sur scène pour participer à « Dechristianize » et je suis fan de ces gars depuis longtemps, c’était donc un moment très cool ! Beaucoup de dates furent de supers soirées, avec un public génial qui nous a bien accueillis même si c’était notre première fois dans ces pays. Nous avons beaucoup de bons souvenirs de cette tournée.


« Au début, j’étais plutôt mauvais mais plus j’essayais, plus je m’améliorais et plus j’appréciais. Rapidement, je jouais de la guitare et chantais dans un autre groupe. C’est à ce moment-là que les gars d’Ethereal m’ont contacté pour devenir leur chanteur et dès que j’ai commencé à faire ça, c’est juste devenu clair. » (Naut)

P: Je vous ai vus à Arlon en novembre 2015 et j’ai trouvé ta prestation pleine de charisme. Est-ce quelque chose que tu travailles, que tu as dû apprendre ou est-ce naturel ?

Naut: Merci. Je ne dirais pas que ça vient naturellement mais en même temps je n’y pense pas trop. J’aime passer du bon temps sur scène et si le public est réactif comme il l’était à Arlon, ça aide bien sûr. Pour être honnête, je n’y réfléchis pas, je fais simplement ce qui me semble être juste au moment même, nul ne sait ce qui va se passer haha.

P: La Grande-Bretagne est plus connue pour sa scène NWOBHM ou doom metal que pour sa scène black metal qui dépasse rarement ses frontières. Peux-tu me parler de cette scène black ? Est-elle confidentielle ou y’a-t-il un intérêt grandissant ?

Naut: Il y a beaucoup de groupes de black metal en Grande-Bretagne actuellement et la popularité du genre est importante comparée à ce que c’était il y a environ 10 ans. Je pense qu’il y a beaucoup d’excellents groupes sortant des albums de qualité, certains que j’aime et d’autres pas mais je pense que ça vaut le coup d’œil.

P: Avez-vous déjà des plans pour le reste de l’année (tournée, festivals ou autres) ?

Naut: Pour l’instant, notre priorité est le nouvel album mais nous avons plusieurs shows en projet aussi. Je suis sûr que nous ferons bientôt quelques annonces plutôt cool mais pourtant l’instant la priorité reste de créer de la musique !

P: Naut, je te remercie pour tes réponses. Je terminerais par une dernière question; ma mère n’aime vraiment pas le black metal. Que pourrais-tu lui dire pour la convaincre d’écouter Ethereal ?

Naut: Je crois très fondamentalement que le metal est supposé faire chier tes parents, donc je ne pourrais pas faire avancer la question.








Lire la version française
Partagez cette interview sur Facebook

"British black steel"

Conversation with Naut (Vocals)
Interview and editing by PROPHET

When we speak about black metal, we don’t necessarily think about the UK. However, Ethereal, symphonic black metal band, comes from there. They’re currently working on their second album Terra Damnata. Naut (vocals) speaks about their upcoming album, the last tour with Belphegor and Vital Remains just as his passion for extreme metal.

Prophet: How’s it going with Ethereal ? I think you’re working on your second album. Can you tell me more?

Naut: Things are going well. Indeed we are currently working on our second album which will be entitled Terra Damnata. We are currently in the preproduction stages and I am beginning work on the vocals and lyrics, the music is sounding great! Dark and twisted, and a definite progression from Opus Aethereum.

P: Do you know when you’re second album will be released?

Naut: It’s too soon to be specific but at some point in 2017.

P: What was the impact of Opus Aethereum? Did it exceed your expectations?

Naut: I feel like Opus Aethereum was well received, the response from critics and from our supporters was very positive, and it was really great to see that people from all over the world were checking out the album. We had expected that our fans would enjoy the album, because the material was already getting great responses live. Beyond that I didn’t have any expectations.

P: Who writes the music in Ethereal? Are you involved in the writing process?

Naut: The music is primarily written by M-Inanz (guitar) who works really closely with Iyaan (guitarist/founder) on crafting the riffs, structures and the overall sound of the music. I write and arrange the vocals and lyrics, and this time around once these elements are brought together we will alter the songs accordingly to ensure that every musical and lyrical element has its maximum impact.

P: I always thought writing lyrics was difficult. How do you tackle that? What are you talking about in your songs?

Naut: Writing lyrics can be frustrating process at times because I don’t think it is something that can be forced. So I try to only write when I have a strong idea in my mind of how I want the vocal to be. When I listen to music I find it puts imagery in my mind, and I usually use these ideas end up as the focal points for the lyrical content. Extreme music often invokes destructive or negative imagery, but at the same time it feels empowering. In this seemingly failing world it is not hard to find inspiration for negative or destructive lyrics. The inevitable downfall of humanity and all things is going to be the broader focus of my lyrics for Terra Damnata… which means ‘condemned earth’.

P: You’ve got a contract with Candlelight Records which has (or had) a lot of other important bands (Emperor, Fear Factory, Obituary, Opeth etc.). How does it feel to work with this famous label?

Naut: As a longtime fan of extreme music I have loads of releases from Candlelight Records in my collection, from bands that are really influential and important to me. It was certainly a very proud moment for all of us in Ethereal to sign with Candlelight.

P: How long have you been listening to metal and what are your favorite bands?

Naut: For as long as I can remember I’ve loved Rock music, it started as a kid you know, my dad’s Led Zeppelin records, he took me to see Jimmy Page and Robert Plant when I was ten years old and I’ve been hooked ever since. By the time I was a young teenager I had discovered metal music and was into bands like Metallica, Sepultura, Pantera and Slayer… I was playing in a band playing mostly 80s metal. From there of course I was simply looking for the next extreme, eventually I discovered black and death metal. A friend of mine took me to watch Dissection play in Birmingham back in 2004, it was an unforgettable concert, and I knew from that point that I wanted to play extreme music, specifically Black Metal.


« Writing lyrics can be frustrating process at times because I don’t think it is something that can be forced. So I try to only write when I have a strong idea in my mind of how I want the vocal to be. » (Naut)

P: How long have you been singing in a band ? What was your motivation to start playing music?

Naut: I’ve been doing it for about 3 or 4 years now I guess. I have been playing various instruments since childhood but actually I never had any intentions of becoming a vocalist. I wanted to be a drummer so I dedicated my teenage years to that, and eventually I was blasting in a blackened death metal band. In my early twenties I became more interested in guitar playing and songwriting, and also I started studying production and audio engineering. It was only because I was demoing some music that I ever attempted to record a vocal, it was never something I was interested in doing especially. I was pretty bad at first, but the more I did it the more I improved and enjoyed it and before too long I was playing guitar and doing vocals in another band, and it was around this time that the guys in Ethereal contacted me about joining them as their vocalist, and as soon as I started doing this it just clicked. So it kind of came about accidentally but I really enjoy being a vocalist and fronting the band now.

P: What’s the meaning of your nickname?

Naut: It’s derived from an Ancient Greek word that crept into the English language, it appears in words like psychonaut or astronaut and means “one who explores”. I’ve always viewed the experience of listening to music or creating music as a kind of self exploration and so that is why I chose the name.

P: Your voice seems especially sophisticated. Do you have any tips for practice?

Naut: Thank you. As far as specific screaming techniques or whatever, I think there is already a lot of quality information out there, and to be honest I don’t practice that much. I think something that has helped me is that I record my vocals pretty frequently because I’m always working on something. Doing this helps me to analyze my voice and find new ways to work with it, same thing goes for the live environment, we’ve done quite a lot of shows now and with each performance I feel more capable of delivering a better vocal. So I guess my advice for practice would be to keep busy and to always strive to improve upon what you’re doing. I also think it’s important for a vocalist to focus on the unique qualities of their voice, that’s kind of the joy of it, every voice is unique, it’s futile trying to waste time sounding like another vocalist, it’s always best to work on developing what is there naturally in my opinion, and of course experiment with it as much as possible!

P: How was the tour with Hate, Belphegor and Vital Remains?

Naut: It was awesome! Certainly a crazy experience with a lot of miles and not enough sleep, but we had a blast and got a great reaction every show, saw a lot of cool places and met a lot of great people.

P: What are your best gigs and memories during this tour?

Naut: In Belgium I was able to join Vital Remains onstage to bring in “Dechristianize”, and I’ve been a fan of those guys for some time so it was a really cool moment! Many of the gigs were really great nights with great crowds who were very welcoming to us even though it was our first time in these countries, we have a lot of good memories from the tour.


« I was pretty bad at first, but the more I did it the more I improved and enjoyed it and before too long I was playing guitar and doing vocals in another band, and it was around this time that the guys in Ethereal contacted me about joining them as their vocalist, and as soon as I started doing this it just clicked. » (Naut)

P: I saw you in Arlon in november 2015 and I found your own performance full of charisma. Is it something you work, you had to learn or is it natural?

Naut: Thank you. I wouldn’t say it comes naturally but at the same time I don’t overthink it. I like to have a good time onstage and if the crowd is responsive like they were in Arlon that helps of course. To be honest I haven’t considered it I just do what feels right at the time onstage, it can go either way haha.

P: The UK is mostly known for its NWOBHM or doom metal scene rather than for its black metal scene (which rarely crosses the borders in terms of reputation). Can you tell us more about the black metal scene in your country? Is it still confidential or do you feel an increasing interest?

Naut: There’s quite a lot of black metal bands in the UK now and the popularity of the genre is massive compared to how it was a decade or so ago. I think there’s a lot of great bands here putting out quality albums, some I’m into and some I’m not but I really think it’s worth exploration!

P: Do you already have plans for the rest of the year (tour, festivals or anything else)?

Naut: Our primary focus for now is the new album but we do have a couple of cool shows in the pipeline as well, so Im sure we’ll be making some cool announcements soon but currently the focus is creating new music!

P: Thank you Naut for your answers. I’d like to conclude with a last question: my mother definitively dislikes black metal. What would you say to convince her to listen to Ethereal?

Naut: I think on some fundamental level metal music is supposed to piss your parents off and so I wouldn’t push the issue.




Interviewé par : PROPHET
 
RETOUR
 
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)