La Nuit Eternelle
Partagez cette interview sur FacebookTéléchargez une version PDF de cette interview !
Rock'N'Balls Interview
Read the English version

"La Nuit Eternelle"

Entretien avec Jonas Renkse (chant, programmation)
Interview, traduction et édition par Mastema

 
Après trois années sans avoir reçu beaucoup de nouvelles d’eux, si ce n’est via Bloodbath, fantastique récréation brutale pour deux de ses membres, Katatonia nous est revenu il y a quelques mois avec, sans doute, l’opus le plus mûr, le plus réfléchi, le plus équilibré de sa carrière pourtant bien fournie déjà. Rejetant les complexes et les hésitations en bloc, les Suédois poursuivent sur le bien-nommé Night is the New Day leur voie empreinte d’une profonde mélancolie et d’une sensibilité à toute épreuve. Ce qui s’apparentait, il y a plus de dix ans, à un brusque changement de cap artistique, s’est aujourd’hui mué en un style très personnel, parfaitement maîtrisé. Nous avons rencontré le toujours taciturne chanteur et co-leader du groupe, Jonas Renkse.

Mastema (Rock ‘n Balls) : Salut Jonas ! Night is the New Day est sorti il y a quelques mois déjà : comment a-t-il été reçu ?

Jonas Renkse : Il a très bien été reçu, merci. Mieux que je ne l’avais espéré, et j’avais pourtant de grandes espérances !

M : Personnellement, je pense que cet album est un de plus ambitieux du groupe à ce jour, aussi bien musicalement qu’en matière de production. Avez-vous travaillé différemment sur cet album que sur The Great Cold Distance (2006), par exemple ?

Jonas : Pas si différemment que cela, mais cette fois nous avons impliqué Frank [note : Frank Default, compositeur freelance], qui joue les claviers et est responsable des effets électroniques, très tôt afin de pouvoir intégrer le plus possible son son dans les chansons. Hormis cela, nous avons simplement essayé d’écrire d’excellents morceaux.

M : Trois années séparent The Great Cold Distance de Night is the New Day. Y a-t-il une raison particulière à cela? Avez-vous travaillé sur ce disque pendant tout ce temps, ou seulement récemment ?

Jonas : On a fait pas mal de choses pendant ce temps-là. On a tourné avec Katatonia, et Anders [note : Anders Nyström, guitare] et moi-même avons également sorti plusieurs albums de Bloodbath [note : 1 EP, 1 live et 1 album studio, pour être précis]. En plus, jusqu’à récemment, on ne se sentait pas vraiment prêts à composer un nouvel album.

M : Si tu devais associer le nouvel album avec un seul sentiment, lequel serait-ce ?

Jonas : L’hiver intérieur.

Katatonia

M : Comment se sont déroulées les sessions d’enregistrement ? Des anecdotes particulières à partager avec nous ?

Jonas : Tout s’est bien déroulé, nous n’avions pas beaucoup de distractions cette fois, nous avons travaillé dur durant tout l’été. Ceci dit, le studio Ghost Ward est situé dans un quartier très douteux, ce qui nous a offert quelques moments de divertissement spontané…

M : De quoi traitent tes paroles ?

Jonas : Je préfère ne pas répondre à cela, je n’aime pas expliquer mes paroles. Je l’ai fait par le passé et je l’ai toujours regretté après. Désolé !

M : Une fois de plus, le groupe est parvenu à créer une atmosphère très triste et éthérée, mais pas dépressive. Avez-vous une formule secrète pour cela ? Dans quel état d’esprit créez-vous ces morceaux ?

Jonas : Cela diffère à chaque chanson et c’est difficile à expliquer. Je sais simplement ce dont la musique a besoin pour bien sonner, et si je ne suis pas dans le bon état d’esprit, j’arrive toujours à m’adapter au morceau, d’une manière ou d’une autre.

M : L’influence de Tool est évidente, mais quels autres groupes influencent Katatonia ?

Jonas : Je n’ai pas écouté d’autre musique durant toute la période de composition et d’enregistrement de cet album… J’ai essayé de vider mon esprit de toute musique extérieure. Mais nous aimons intégrer dans notre son des choses qui ne sont pas du metal, comme Sun Kill Moon, Red House Painters, David Sylvian…ce genre de choses-là. Tool est un excellent groupe.

Katatonia

« Je n’ai pas écouté d’autre musique durant toute la période de composition et d’enregistrement de cet album… J’ai essayé de vider mon esprit de toute musique extérieure. » (Jonas Renkse)

M : Mattias et Fredrik Norman (basse et guitare) ont quitté le groupe peu de temps après l’enregistrement de l’album, alors qu’ils en faisaient partie depuis bon nombre d’années. Quelle est la raison de leur départ ?

Jonas : Je dirais qu’il s’agit d’emplois du temps incompatibles. Ils bossent tous les deux au même endroit, et cette fois ils n’auraient plus été en mesure de prendre les congés nécessaires, vu que nous allons tourner plus qu’avant. S’il y a d’autres raison que celle-là, il faudra les leur demander directement [note : voilà qui s’appelle « botter en touche »…].

M : Per Eriksson (Bloodbath) et Niklas Sandin les remplacent en tournée, mais sont-ils considérés comme des membres définitifs ?

Jonas : Pour le moment, ils font ce job en tant que musiciens de session, le temps nous dira s’ils sont les remplaçants idéaux. Ils sont tous deux excellents, mais ce sera à eux et à nous de voir si, au final, nous voulons poursuivre l’aventure ensemble. Nous avançons pas à pas pour le moment, et je suis déjà content qu’on ai réussi à embarquer Per et Niklas avec nous dans cette année 2010 chargée !

M : Avant que Night is the New Day ne sorte, Mikael Åkerfeldt (Opeth) n’a pas arête d’en dire du bien [note : Mikael et Jonas sont des amis proches]. De ton côté, qu’as-tu pensé du dernier opus d’Opeth, Watershed ?

Jonas : Je pense qu’il est excellent. C’est l’album que Mikael a voulu composer depuis toujours. Il contient chaque élément qui fait d’Opeth un des groupes les plus originaux à l’heure actuelle, et bien d’autres choses encore. Le groupe possède des qualités musicales qui se sont vraiment parfaitement concrétisées sur ce disque.

M : Katatonia a toujours été une formation « égoïste » (dans le bon sens du terme) : vous avez radicalement changé votre style à un moment donné de votre carrière [note : Katatonia débuta en 1991 comme formation death/doom, puis s’est brusquement tourné, notamment à cause de problèmes vocaux de Jonas Renkse, vers un metal alternatif très mélancolique, dès son troisième album, Discouraged Ones (1998)], vous avez votre propre rythme d’évolution et votre propre manière de faire les choses. Es-tu d’accord avec cela ? A quel point est-ce important pour vous d’adopter cette position « individualiste » ?

Jonas : Je suppose que c’est quelque chose d’important, mais cela n’a rien de délibéré…nous n’y avons jamais réfléchi. Nous continuerons à faire ce qui semble approprié pour les besoins de la musique. Ce qui maintient l’intérêt et l’appétit pour la musique, ça c’est que nous rechercherons toujours !

M : En changeant de style pour adopter une approche plus calme et ambiante, avez-vous perdu des fans de la première heure ?

Jonas : J’imagine que c’est le cas, oui, mais cela fait partie du jeu. Je respecte les gens qui n’aiment que nos premières réalisations. Il n’y a rien de mal à ça.

M : Hormis Katatonia, tu joues également dans Bloodbath, qui a récemment vu Mikael Åkerfeldt rejoindre ses rangs après une courte absence. The Fathomless Mastery is un album beaucoup plus moderne et direct que ses deux prédécesseurs. Bloodbath poursuivra-t-il sur cette voie à partir de maintenant ?

Jonas : Difficile à dire, nous sommes trois compositeurs dans le [note : Jonas, Mikael et Anders Nyström]… Mais je peux nous imaginer revenir à un son un peu plus old-school mais avec une touche plus sale. C’est ce dont j’ai envie. Plus d’Autopsy ! [note : me voilà rassuré !]

M : Jouer dans Bloodbath te permet-il d’exprimer la facette plus agressive que vous avez abandonnée avec Katatonia, d’une certaine manière?

Jonas : Oui, je pense que c’est le cas. J’ai été élevé avec du death metal, et c’est toujours un style qui m’est très cher. Donc avec Katatonia d’un côté et Bloodbath de l’autre, toutes mes envies sont réalisées, en quelque sorte.

Katatonia

« Nous continuerons à faire ce qui semble approprié pour les besoins de la musique. Ce qui maintient l’intérêt et l’appétit pour la musique, ça c’est que nous rechercherons toujours ! » (Jonas Renkse)

M : En-dehors te Bloodbath, tu participes régulièrement à d’autres projets. Ces derniers temps, j’ai retenu Ayreon, Swallow the Sun, Long Distance Calling et Pantheon I. Peux-tu nous dire quelque chose sur ces diverses collaborations ?

Jonas : Swallow the Sun, LDC et Pantheon I sont des projets auxquels j’ai participé parce que je connais certains membres du groupe et parce que j’aimais leur musique. Ayreon, c’était différent. Je ne connaissais pas bien le travail d’Arjen [note : Arjen Lucassen], sauf l’album sur lequel est apparu Mikael d’Opeth [note : The Human Equation, 2004]. Mais Arjen m’a approché et j’ai considéré cela comme un défi, je pense que je voulais me poser un défi en tant que chanteur. Et ça s’est très bien passé, j’ai passé un excellent moment à travailler avec Arjen.

M : Vous allez bientôt partir en tournée européenne (« Night Over Europe Tour ») : comment le groupe parvient-il à retranscrire cette atmosphère si particulière qui hante ses albums dans une configuration live ?

Jonas : C’est aussi ce que nous nous demandons en ce moment, alors que nous répétons les nouveaux morceaux avec de nouveaux membres, etc. Je pense que ce sera une expérience très puissante et émotionnelle.

M : Dernière question traditionnelle chez Rock ‘n Balls : quel est ton top 3 des albums de tous les temps ?

Jonas : Tu sais à quel point cette question est difficile…presque impossible. Mais en ce moment, je dirais : Fields of Nephilim – Elizium, Morbid Angel – Blessed Are the Sick et Tool – Aenima.

M: Merci beaucoup pour cette interview, Jonas! Je te laisse le dernier mot pour nos lecteurs… A bientôt !

Jonas : Merci à toi également ! Je suis très impatient de revenir en Belgique, ça fait un bon moment qu’on n’est plus venus !






Lire la version française

"Endless Night"

Conversation with Jonas Renkse (vocals, programming)
Interview and edition by Mastema
 
After three years without hearing much of them, except through Bloodbath, brilliant brutal recreation for two of their members, Katatonia came back to life a few months ago with, probably, the most mature, deepest and best balanced record of their career. Without complexes or hesitations, on Night is the New Day the Swedes remain true to their unique style, characterized by profound melancholy and great sensitivity. What was called a severe artistic turnover more than a decade ago today has morphed into a very personal approach, mastered to perfection by the band. We briefly chatted with the ever-so-discrete singer and co-leader of Katatonia, Jonas Renkse.

Mastema (Rock ‘n Balls): Hi Jonas! Night is the New Day has been out for a few months now, how well was it received?

Jonas: Very well thank you, better than I ever expected even though I had high hopes!

M: Personally, I feel that this album is probably the band’s most ambitious one so far, musically as well as production-wise. How differently did you guys work this time, compared to the writing and recording of The Great Cold Distance?

Jonas: Not that differently, but we involved Frank, who is playing keys and taking care of electronics, on an early level to be able to integrate his sound as much as possible into the songs. Other than that, we just tried to write great songs.

M: Three years separate The Great Cold Distance and Night is the New Day, is there a specific reason for that? Did you work on the record this whole time or did you start writing only recently?

Jonas: We had a lot of other stuff going on, touring with Katatonia, me and Anders did a couple of Bloodbath albums as well. Plus we didn't really feel ready to write a new album until quite recently.

M: If you had to associate the record with a single feeling, what would it be?

Jonas: Internal winter.

M: How did the recording process go? Any specific stories to share?

Katatonia

Jonas: It went well, we didn't have any distractions this time, we worked hard throughout the whole summer. The Ghost Ward studio is however located in a very sketchy neighborhood which gave us some spontaneous entertainment from time to time.

M: What are the lyrics about?

Jonas: I'd rather not do that, I don't like explaining my lyrics. I've done that in the past and always regretted it afterwards. Sorry!

M: Once again, the band has managed to create a very sad and ethereal atmosphere, while not depressive. Is there a secret recipe for creating this? In what state of mind are you when creating the songs?

Jonas: It's been different from song to song and it's hard to explain. I just know what the music needs to be good, and if I'm not in a certain mood, I can always adapt to it somehow.

M: The influence of Tool can be heard very clearly. But what other bands/music influence Katatonia?

Jonas: I didn't listen to any other music during the whole writing and recording period of this album... I tried to keep my mind empty of other music. But we like to incorporate non-metal stuff into our sound along the likes of Sun Kil Moon, Red House Painters, David Sylvian... that kind of stuff. Tool is a great band.


“I didn't listen to any other music during the whole writing and recording period of this album... I tried to keep my mind empty of other music.” (Jonas Renkse)

M: Mattias and Fredrik Norrman left the band shortly after the recording of the album, although they’ve been there for more than years each. What are the reasons for these departures?

Jonas: Conflicting schedules I would say. They both work at the same place, and this time they wouldn't be able to take time off work, as we are going to tour more than ever before. Other reasons than that, you will have to ask them personally.

Katatonia

M: Per Eriksson and Niklas Sandin are their live replacements, but should they be considered as new official members too?

Jonas: Right now they are doing this on a session basis, time will tell if they are the perfect replacements. Both are great, but it will be up to both us and them in the end if we want to see a continuation. We take it one step at a time right now, and I'm just happy that we managed to get Per and Niklas to jump onboard for this busy 2010!

M: Before Night is the New Day came out, Mikael Akerfeldt has been absolutely ecstatic about it. And you, what did you think of Opeth’s latest record, Watershed?

Jonas: I think it's great. It is an album that Mikael has been waiting to write his whole life... it contains every little bit that has made Opeth one of the most original bands of our time, and more. It has certain musical qualities that I think came in perfectly for this album.

M: Katatonia has always been a “selfish” (in a good way) band: you changed your style drastically over the course of the last years, you seem to have your own pace, your own sound and your own way of doing things. Do you agree with this? How important is this “individualistic” positioning for you?

Jonas: I guess it is an important thing, but it's not something that we have been deliberate about... we haven't thought about it. We will continue to do what feels best for the MUSIC. What will keep the interest and hunger for music burning, that is something we will always search for!

M: When changing your style and going for something much more mellow and ambient, did you lose a lot of the early fans?

Jonas: I can imagine that we did, but it's part of the game. I respect people that only like our early stuff. Nothing wrong with that.

M: Next to Katatonia, you also play in Bloodbath, which recently has seen Mikael Akerfeldt join the band once again. The Fathomless Mastery is a much more modern-sounding and straight-forward album than the 2 previous ones. Will Bloodbath follow this path from now on?

Jonas: Hard to say, we are three songwriters in the band... but I can imagine us going back a little to the more old-school sound but with a dirtier twist. That's what I want to do. More Autopsy!

M: Does playing in Bloodbath somehow allow you to express the brutal and aggressive side you chose to abandon within Katatonia?

Jonas: Yeah I think so, I was brought up on death metal and it's still a music style that I hold very dear. So with Katatonia and Bloodbath I have everything covered, sort of.

Katatonia

“We will continue to do what feels best for the music. What will keep the interest and hunger for music burning, that is something we will always search for!” (Jonas Renkse)

M: You’ve also appeared on quite a lot of other records lately: Ayreon, Swallow the Sun, Long Distance Calling and Pantheon I. What can you tell us about these collaborations?

Jonas: Swallow the Sun, LDC and Pantheon I were things I did because I knew people in those bands, and I liked their music. Ayreon was different, I wasn't very familiar with Arjen’s work, except the album that had Mikael from Opeth on it. But he approached me and I found it to be a challenge, I guess I wanted to challenge myself as a vocalist too. It turned out great, I had a very good time working with Arjen.

M: You’ll soon be hitting the road again for a European tour (“New Night over Europe Tour”). How does the band manage to translate its very special atmosphere in a live setting?

Jonas: That's what we're asking ourselves right now as well, while rehearsing with new members, new songs and everything that comes with it. I think it will be a very powerful and emotional experience.

M: Last question, a traditional one here at Rock ‘n Balls: what’s your all-time albums top-3, and why?

Jonas: You know how hard this one is... quite impossible. But right now I would say - Fields Of The Nephilim - Elizium, Morbid Angel - Blessed Are The Sick and Tool - Aenima.

M: All Right Jonas, thank you very much for this interview! You can address a few last words for our readers… Take care!

Jonas: Thanks to you as well, and I can't wait to come back to Belgium, it's definitely been a while!



Interviewé par : MASTEMA
 
RETOUR
 
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)