6K Fest THE UNREAL NIGHT

Caserne Fonck (Liège, BE)

Ce 17 mai 2014 avait lieu, à la Caserne Fonck de Liège, le premier festival de grande ampleur organisé par Nicolas Piron, le propriétaire du 6K Shop, magasin spécialisé dans la vente d'article de skate, snowskate, longboard et autres. Le 6K FEST : THE UNREAL NIGHT proposait une affiche tout à fait étonnante pour le lieu, Liège n'accueillant en général que très peu de concerts metal d'envergure, avec entre autres des têtes d'affiche comme Born of Osiris, After The Burial, ou encore Monuments ! C'était donc avec une grande impatience que j'attendais cette journée, étant un grand fan de modern metal, de djent, et aussi parfois de metal/deathcore, un genre qui était également bien représenté ce jour-là grâce à la seconde scène qui accueillait huit groupes de niveaux différents.

Etant arrivé trop tard pour voir la prestation de Concealed Reality, le groupe qui ouvrait la journée sur la petite Core Stage, PLANEY fut le premier groupe que je pus voir au 6K Fest. J'avais déjà eu l'occasion de voir ce groupe en live, mais cela faisait déjà un bout de temps, et alors que dans mes souvenirs la formation montoise n'était qu'un très jeune groupe de deathcore sans prétention, je fus relativement surpris de découvrir une musique qui a progressé avec le temps, le son de ce début de journée ne la mettant pas forcément en valeur, mais Planey allait jouer son rôle de lanceur des hostilités avec assez bien d'assurance. Le constat fut ensuite un peu plus amer avec NOVEL OF SIN, car même si les Italiens semblent se donner à fond dans ce qu'ils font et que ces gars-là ont déjà partagé des scènes avec de grosses pointures comme Suicide Silence, Bleed From Within, After The Burial ou encore Maroon, la voix vraiment trop fragile et manquant d'expérience du frontman et le mauvais son en façade m'empêchèrent de prendre mon pied sur ce groupe. Nicolas Piron avait ensuite eu la bonne idée d'organiser un drum contest en partenariat avec XL Drums qui avait mis en jeu un kit de batterie complet, et les trois participants sélectionnés pour la 'finale' eurent chacun quelques minutes pour démontrer tout leur talent devant un jury composé de Mike Malyan et Aaron Kitcher, respectivement batteurs de Monuments et Black Tongue. Les résultats seraient donnés en fin de soirée, pour le plus grand bonheur de Sacha Piccoli, le gagnant du concours, qui méritait vraiment son prix selon moi. Excellente surprise ensuite avec la prestation de CARCER CITY, un groupe originaire de Liverpool dont je ne connaissais pas l'existence jusqu'alors, et qui proposait un modern progressive metal vraiment efficace, avec une super pêche, de très bonnes compositions, des parties très harmonieuses et mélodiques et d'autres vraiment puissantes, pour offrir au final un show super professionnel. Une vraie découverte pour moi, et je vous conseille de foncer les écouter via leur page Facebook, par exemple. Place ensuite aux Belges de CRIMSON FALLS, déjà bien connus de la scène européenne et internationale, et actifs depuis 2002. Même si les Flamands font aujourd'hui partie d'un groupe confirmé, qui a maintes fois fait ses preuves en live, et qui offrira ce jour-là à Liège une prestation sans concessions et relativement bien foutue, l'impression que j'en retirerai était plutôt mitigée, le groupe se reposant sur des morceaux plutôt simplistes et pas toujours très écrits, d'une efficacité relative. Un peu de la poudre aux yeux selon moi...

Nous aurons ensuite droit, sur la petit scène, au concert de CHAINSAW DISASTER que beaucoup connaissaient déjà, puisque le groupe recomposé aux Pays-Bas il y a quelques temps par le frontman Drew Alves avait déjà connu une période de succès lors de sa formation au Brésil. Leur prestation hyper heavy et puissante à souhait fera clairement penser à la bonne période de Suicide Silence, hormis le fait que ça ne bougera pas beaucoup sur scène, un aspect pourtant important lors de ce genre de live. Dommage pour nos yeux, mais relativement bon pour nos oreilles. C'était ensuite au tour des Parisiens de NOVELISTS de faire leurs preuves sur la Djent Stage, et ils les firent avec beaucoup d'intelligence et de conviction cet après-midi-là. Dans un style beaucoup plus groovy et mélodique mais tout aussi intéressant (voire plus, selon les goûts), les Français proposent une musique 'simple' mais efficace qui fait mouche auprès d'un paquet de fans présents ce jour-là, et les nombreuses personnes qui chantèrent sur certaines morceaux confirmèrent la bonne forme et la notoriété montante du groupe. BLACK TONGUE était à cette heure-là attendue sur la petite scène, et a réussi à m'intéresser à sa musique, car si je n'avais jamais entendu parler des Anglais auparavant, je dois bien dire que leur 'doomcore' supra lent et lourd aux accents de sludge ralenti au maximum et accordé en Mi mais douze tons plus bas (petite blague pour les musiciens confirmés...) me fera beaucoup d'effets même si je ne suis pas un grand adepte de ce style. Si vous voulez savoir de quoi je parle, allez faire un tour sur YouTube et écoutez le titre « Coma », je pense que vous devriez rapidement comprendre de quoi il s'agit !

C'est après cette très bonne performance des Britishs que je pris ma claque de la journée, mais je dois bien dire que je m'y attendais et que je la voulais absolument, avec le show de MONUMENTS ! Les ayant déjà vus plusieurs fois en live suite à la sortie de leur premier album Gnosis en 2012, et notamment lors de leur incroyable démonstration lors du dernier Euroblast Festival à Cologne en octobre dernier, je savais qu'ils mettraient une belle branlée à beaucoup de personnes présentes ce jour-là à Liège, et ça ne rata pas, le groupe ayant même la bonne idée de proposer quelques nouveaux morceaux présents sur leur nouvel album intitulé The Amanuensis qui sortira le 23 juin prochain chez Century Media et que je vous recommande déjà d'acheter dès que possible, tant ce disque est une pure tuerie. Monuments démontrera encore une fois lors de ce concert que ses membres sont de fabuleux génies de musicalité, notamment le guitariste John Browne dont le style unique porte les compositions à lui seul, mais aussi le talentueux frontman Chris Barretto, qui fait absolument ce qu'il veut avec sa voix !

Je dois avouer avoir raté la prestation d'ACRANIA à cause d'une discussion s'étant un peu trop prolongée... alors que j'aurais préféré rater celle de BETRAYING THE MARTYRS, que je déteste personnellement au plus au point pour être ce qu'il est clairement, un groupe de metalcore pour minettes, ce qui fut confirmé ce jour-là à Liège, quand je constatai qu'il n'y avait pas de poils aux trois premiers rangs........ Je dois toutefois rester objectif (ahah) et vous dire que le show des Français fit bouger la salle bien comme il le fallait, et que le succès fut une nouvelle fois au rendez-vous pour eux, j'imagine donc qu'ils le méritent... D'autres Français, ceux de RISE OF THE NORTHSTAR, prirent la suite de leurs compatriotes sur la petite scène, avec également leur lot de succès. Certes, il faut aimer leur style de musique et la culture manga et japonaise pour apprécier leur « sangokcore », mais si c'est votre cas, vous apprécierez certainement leurs prestations, comme l'ont appréciée des centaines de fans au 6K Fest ce samedi. Un déploiement de puissance et de rythmique bien hardcore, comme savent si bien le faire ces Français. Par contre, si un jour vous vous sentez un peu dépressif, n'hésitez pas à aller parler au chanteur de Rise of The Northstar, cela devrait suffire pour vous redonner de la confiance en vous et constater que si l'humilité est une de vos qualités principales, ce n'est pas forcément le cas de chacun... On entrera alors dans la dernière ligne droite de ce festival d'une journée, avec l'énorme concert d'AFTER THE BURIAL, qui ce soir-là avait choisi de retourner le public avec une set vraiment costaud ! Avec un set à moitié composé de nouveaux titres présents sur leur dernier album sorti en 2013 et intitulé Wolves Within, le groupe originaire de Minneapolis avait déployé la grosse armada, et le son colossal qu'ils avaient en façade n'aida en rien le public à échapper à cette déferlante de djentcore ravageur. On ne doutait pas qu'Anthony Notarmaso et ses collègues mettraient une nouvelle fois les bouchées doubles pour assurer un concert parfait, mais je pris une vraie claque supplémentaire à l'écoute de leur show à déboulonner les plus sceptiques.

En ce qui concerne la petite scène, c'était le rôle de BURIED IN VERONA de clôturer le festival, et ce ne fut pas de tout repos, d'un côté comme de l'autre... En effet, si la musique du groupe semblait vraiment intéressante, leur son était incompréhensible, à tel point que j'allais finir en backstage à coller mon oreille sur l'ampli du guitariste, et que même là je ne compris pas le moindre riff ou le moindre accord. Plusieurs personnes dans le public me confirmèrent mon sentiment, et la salle se vida rapidement de moitié, malheureusement pour le groupe qui continua pourtant courageusement son show, avant de laisser les fans présents se rendre dans la grande salle pour le dernier concert de la journée. Les Américains de BORN OF OSIRIS avaient été choisis comme tête d'affiche de cette « Unreal Night », et avec quatre albums à leur actif dont le dernier sorti en août dernier chez Sumerian Records, les natifs de Chicago avaient toute la matière nécessaire pour mettre une bonne grosse gifle aux fans venus de toute l'Europe pour assister à cette journée sous le signe du metal moderne. Si leur setlist ne comportait finalement aucun titre de leur second opus A Higher Place, les autres plaques étaient toutes bien représentées, et l'ensemble de leur démonstration ce soir-là fut des plus agréables, même si leur son en façade me sembla moins bon que cela d'After The Burial. L'after party était quant à elle assurée par Rémi Gallego et son projet THE ALGORITHM, mais malgré la révélation qu'avait été pour moi son show à l'Euroblast, la fatigue eut raison de moi et je mis fin à mon aventure à la Caserne Fonck.

Dans l'ensemble, ce premier 6K FEST d'envergure fut une totale réussite, avec une affiche prodigieuse, une très bonne ambiance et une organisation sans faille. Et puisque Nicolas Piron a choisi de répéter l'opération plusieurs fois cette année dans des styles parfois différents, je ne pourrai que vous conseiller de vous déplacer en masse à Liège dans les mois à venir pour assister à ses organisations, notamment le vendredi 5 septembre 2014 pour la « Hell On Earth Night » qui accueillera rien de moins que UNEARTH, SHADOWS FALL, THE ACACIA STRAIN, HEART OF A COWARD, WAR OF AGES et bien d'autres groupes de haut vol ! A bientôt pour de nouvelles aventures métalliques ;-)



Chroniqué par : SPONGE
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)