Jex Thoth / Alkerdeel

Magasin 4 (Bruxelles, BE)

Il y a de ces groupes dont on est condamné à louper les prestations live. J'ai eu cette poisse avec Made Out of Babies/ Julie Christmas et récemment Jex Thoth. Cette fois-ci, la date du concert fut fluottée, soulignée et entourée afin d'éviter un énième « bordel » hurlé le jour du live. J'atteints donc le magasin 4 particulièrement content ET confiant.

La confiance fera vite place à un viol auditif. Alkerdeel a joué fort. Très fort. Plus fort que Godflesh deux semaines plus tôt. Tellement fort que personne n'ose aller tout devant. La basse était absolument crapuleuse, et je ne dis pas ça positivement. Il faut être vraiment inconscient pour mixer cet instrument aussi fort. Sans bouchons, il était impossible de survivre à ce carnage sonore. Je me dis que le volume va une nouvelle fois me baiser. Mais cette fois, je reste. Il y a un « truc » qui attire. Alkerdeel, c'est une sorte de chant des sirènes ultra dégueulasse. De la méchanceté à l'état brut. A la limite de la rupture, tout comme le son. Le dégoût fit peu à peu place à un besoin d'en prendre plus dans la tronche. Le chant, présent ce qu'il faut, rappelle Eyehategod ; bête, vile, méchant comme un gamin d'une cour de récré qui passe son temps à tabasser les plus faibles. Trop débile pour se rendre compte qu'il est con et méchant. Et trop méchant pour qu'on veuille lui venir en aide. On le laisse pourrir et devenir une vraie ordure ingérable. Et là, ce scandaleux volume prend son sens. Alkerdeel, c'est tout ou rien. Ou plutôt à prendre ou à laisser. Dimanche soir, ce fut tout pour moi, et certainement rien pour d'autres. J'ai donc « pris » ce que j'étais certain de rejeter lors des premières minutes !

Jex Thoth

Changement brutal d'ambiance lorsque Jex Thoth monte sur scène. Encens, bougies sur chandelier. Le volume sonore est maintenant revenu à la normale, ce qui me permet d'aller me coller à l'avant de la scène. On peut aimer ou détester le désormais sextet, mais on ne peut pas nier que Jex a une présence scénique parfaite. Elle vit les chansons, transmet le rythme par ses mimiques. Elle chantonne et entonne. Elle scande et chuchote. Parfois à la limite de la rupture, mais jamais à côté. Cet aspect légèrement imparfait fait d'ailleurs le charme de cette entité. Entité qu'elle dirige implicitement et c'est évident que Jex Thoth, c'est « son » groupe. Elle dégage une confiance qui contraste avec sa façon discrète de se faufiler dans la salle avant le concert. Physiquement, elle ressemble à une version blonde de l'actrice Maggie Siff. Il y a pire (mais là n'est pas l'essentiel et ce serait franchement naze de parler plus en détail de son physique). Revenons donc à la musique, car c'est pour elle que je suis venu.

La setlist fut sans surprise, ce qui est d'ailleurs compliqué avec une discographie encore maigre. En une heure et quart de show, les Américains ont donc l'occasion de jouer une grosse partie de leurs chansons doom/rock, et il fut donc impossible de râler sur le « choix des titres interprétés. Je n'aurai été contrarié que par un seul élément, et pas des moindres ; les claviers. De l'endroit où je me trouvais, il était difficile de les discerner. Or, ceux-ci sont un élément essentiel du son Jex Thoth, au même titre que les guitares vintage mêlant fuzz et effet bizarroïdes. C'est particulièrement frustrant sur des titres comme « Tauti ». Ce manque de clavier dans le mix fut donc contrariant, mais pas au point d'être handicapant. Les chansons sont bonnes et peuvent survivre à un mix imparfait. J'aurais été plus embêté par un chant approximatif ou un concert plus court.

Jex Thoth

À 22h15, le groupe quitta la scène sans un mot. Pas besoin. C'est chiant les « thank you, goodbye, buy our merch ». Jex Thoth s'en passe. De plus, le public fonce vers le stand de merch. Comme quoi, quand on se construit petit à petit, on peut encore construire un « public » qui, sans aucun doute, se fera de plus en plus fidèle avec les années. Car Jex Thoth a tout pour durer. Plus qu'à espérer que le groupe ne se sabordera pas comme Devil's Blood (dans un genre très différent) et sera plus qu'une étoile filante !



Chroniqué par : CORVUS
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)