L'Enfance Rouge feat. Eugene Robinson et Keiki

Magasin 4 (Bruxelles, BE)

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je me permets une indispensable clarification : je n’ai jamais écouté Keiki, L’Enfance Rouge ou encore Oxbow. Pour Oxbow, c’est moins vrai puisque je connais le groupe de réputation et aussi car mes oreilles et mes yeux ont déjà traîné sur youtube, plus par besoin « de savoir » que par réelle curiosité. Ce live report est donc un témoignage de l’énergie et des émotions ressenties lors de ce frileux lundi 10 décembre. Frileux, quoique, puisque les chauffages du magasin 4 tournent plus qu’à l’ouverture de la salle fin 2009. Trèves de blabla, venons-en à la musique.

Lorsque j’entre dans la salle, je ne suis que la 20e entrée payante (quoique, j’avais gagné un concours) et ça me fait craindre le pire, les jours de semaines n’étant jamais les plus fructueux pour ce genre d’affiche. Que nenni, Keiki se produit devant un parterre qu’on qualifiera de « suffisant » pour ne pas se demander ce qu’on fout en tournée à 40 balais. Le duo (chant/theremin et guitare) parvient même à capter l’attention du public avec son étrange rock au son de guitare minimaliste. Minimaliste dans le sens où la disto nous rappelle plus les vieux Burzum que le son chaud d’un super ampli vintage. Cela dit, une fois ce son de guitare accepté, on se prend à taper du pied ; les rythmiques, souvent efficaces, parfois légèrement syncopées, sont bien pensées. Le chant de Dominique Van Cappellen-Waldock, sans être extraordinaire, remplit l’espace sonore sans l’étouffer. On a parfois l’impression qu’elle chantonne. Ce qui, placé sur des guitares pas si éloignées d’un Godflesh, passe bizarrement bien. Le theremin passe nettement moins bien et me rappelle le sketch des Inconnus sur le bon et le mauvais hardrockeur. Avoir un theremin, c’est bien, savoir en jouer, c’est mieux. Lundi soir, on a vu un theremin, mais pas de joueuse de theremin. Celui-ci a été utilisé comme un effet noise remplissant l’espace sonore de façon maladroite. L’apparition d’Eugene Robinson sur un titre fut sympathique, mais franchement pas transcendante. Une tout aussi sympathique reprise de Black Sabbath (la chanson Black Sabbath justement) clôt la prestation de Keiki qui a été forcé d’arrêter, couvre-feu oblige. J’ai donc été partagé entre le plaisir de voir un projet minimaliste convaincant dans ses structures mais nettement moins dans ses arrangements.

Après une très longue intro (le boléro de Ravel), l’Enfance Rouge+Eugene Robinson débarquent sur scène. Quand je me retourne, je constate que le Magasin 4 accueille facilement 120 personnes, ce qui est plus que correct. Ce soir, l’Enfance Rouge se met au service de cet individu noir comme le charbon ; Eugene se déshabille, se tord, s’assied, se touchote. Il hurle, chantonne, parle, éructe. Il transpire, beaucoup. La transe dégouline sur ses étranges tatouages ( je dis étrange car je suis bien élevé). Eugene, les yeux fermés, parfois grands ouverts sur des gens du public (qu’il taquine), raconte et partage. Parfois, je dis bien parfois, il chante. Le type est tellement « vrai » qu’il peut tout se permettre, même d’être ultra faux. Car même dans ces moments de fébrilité, à défaut d’être juste, il est VRAI. Cela fait du bien, en 2012, de voir qu’il y a encore des artistes authentiques qui ont compris que l’émotion à l’état le plus pur prévaudra toujours sur une quelconque technique. De plus, le trio accompagnant Eugene sert celui-ci sur un plateau ; les fréquences de la Telecaster et de la Rickenbacker se mêlent dégueulassement ET parfaitement. C’est tout simplement ce qu’on appelle avoir un son. Pas un bon ou un mauvais son. Non. UN SON. On se ramasse donc une énergie d’une rare pureté.

Le 10 décembre 2012, il n’était pas nécessaire de connaître L’Enfance Rouge ou Oxbow pour savoir qu’on a assisté à une très belle performance. Je dis performance car ce que cette collaboration a proposé n’était pas purement musical. C’était beau, laid, et tellement vrai.









Chroniqué par : CORVUS
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)