LACUNA COIL / STRAIGHT LINE STITCH

Biebob (Vosselaar, BE)

La sortie repoussée à fin janvier 2012 de son nouvel album, Dark Adrenaline, n’a pas empêché Lacuna Coil d’assurer comme prévu sa tournée européenne de cette fin d’année, quitte à remettre le couvert l’an prochain pour une promotion digne de ce nom, comme le groupe l’a d’ores et déjà annoncé. Les fans européens sont donc plutôt vernis, puisqu’ils auront l’occasion de voir leur groupe favori deux fois en un an ! Si le combo transalpin jouit d’une belle popularité Outre-Atlantique, où il se produit dans des salles assez importantes, on notera que la situation est assez différente chez nous. Après avoir joué l'an dernier dans un Trix (Anvers) même pas rempli aux ¾, Lacuna Coil se trouve en effet « relégué » ce soir au Biebobclub (Vosselaar, environ 500 places). Et encore, celui-ci n’est pas rempli, on y circule même assez facilement, chose assez rare pour être soulignée. Le public historique du groupe ne digèrerait-il pas bien son inflexion nettement plus commerciale de ces dernières années ? Qu’à cela ne tienne : les fans présents ne sont peut-être pas très nombreux, mais ils sont chauds ! Très en voix, le public donnera la réplique et saluera bruyamment la prestation du groupe, visiblement touché par cette ferveur, pendant toute la durée du concert.

Nous arrivons hélas juste avant que Lacuna Coil ne commence et ratons donc la prestation des Américains de Straight Line Stitch. Après une courte intro de bon ton, les Italiens déboulent sur scène au son de « Our Truth », rapidement enchaîné à « To the Edge ». Avec des hits pareils en guise d’ouverture, le groupe n’a bien sûr aucun mal à mettre le feu au Biebob. Et de hits, il en sera encore souvent question. Tout le temps, en fait, puisqu'en l’absence de nouvel opus, le combo a logiquement décidé de dérouler des sets « best of ». Et dans le cas de Lacuna Coil, « best of » équivaut à une série pratiquement ininterrompue de hits ultra-accrocheurs. Même les plus réticents à ce « format » ne peuvent longtemps bouder leur plaisir, tant des roquettes comme « Fragments of Faith », « Fragile » ou « Daylight Dancer » sont tout simplement irrésistibles, en live comme sur album. Le son est assez fort et pas aussi clair qu’on l'aurait aimé (le jeu de guitare de LC a beau ne guère être « subtil », on n’en perçoit ce soir que les grandes lignes), mais au moins a-t-on droit à la basse dans le mix, ce qui n’était pas le cas au Trix en 2010 (le bassiste Marco Coti Zelati était absent et…curieusement pas remplacé pour l’occasion). On notera également le mix judicieux du chant d’Andrea Ferro, qu’on entend correctement mais pas trop, ce qui permet de couvrir les fameuses erreurs de justesse du sympathique frontman.

Celle sur laquelle la plupart des yeux sont braqués reste bien sûr Cristina Scabbia, et la belle est comme d’habitude irréprochable ce soir. Enquillant les tubes du groupe avec une facilité déconcertante, la chanteuse quitte également son attitude « formatée » et peu naturelle vers le milieu du set pour se laisser davantage aller, portée par un public particulièrement enthousiaste. Saluons une fois de plus son interprétation, presque seule sur scène, de « Wide Awake » (tiré de Shallow Life), beau moment plus profond dans ce set par ailleurs assez calibré. Quant à Ferro, soyons beaux joueurs, il est ce soir en forme et ne commet pas beaucoup d’erreurs, compensant par ailleurs sa faiblesse technique par une attitude scénique ultra-dynamique et un plaisir communicatif.

Au niveau de la setlist, difficile de ne pas mentionner, parmi tous les hits attendus (« Swamped », « Heaven’s a Lie », « Enjoy the Silence », etc.), « Without Fear », un des rares titres du combo chantés en italien, et interprété pour la toute première fois sur cette tournée. Lacuna Coil s’est fait plaisir et a eu raison, car voilà un bien beau cadeau aux fans. Bon, je mentirais si je vous disais qu’il s’agit du point culminant du set, mais la rareté du morceau est ce qui compte réellement dans un cas comme celui-ci.  Confiants (et à raison), les Italiens n’hésitent pas non plus à proposer deux extraits de son futur album, « Kill the Light » et le single (déjà sorti) « Trip the Darkness ». Difficile de croire qu’il s’agit de nouveaux morceaux, tant ils passent comme une lettre à la poste et font l’unanimité au sein du public. Lacuna Coil a d’ailleurs glissé « Trip the Darkness » dans ses trois rappels du soir, c’est dire si le groupe n’a aucun doute quant à son efficacité ! Après un ultime et traditionnel « Spellbound », Lacuna Coil se retire, non sans avoir dûment salué son public, véritable septième homme ce soir, et avec un sourire jusqu’aux oreilles. Pas de doute, malgré une durée de set assez courte (1h20, qui est tristement devenu le nouveau standard, semble-t-il), les Transalpins ont conquis toutes les âmes présentes dans la salle, des adolescentes peu ragoûtantes jusqu’au barman qui en a pourtant vu d’autres. Si le groupe parvient à adopter à l’avenir une attitude scénique encore un peu plus naturelle et détendue, je serais comblé mais, pour l’heure, nous avons passé une très agréable soirée.

 

Setlist :

  1. Our Truth
  2. To the Edge
  3. I Won't Tell You
  4. I'm Not Afraid
  5. Kill The Light
  6. Fragments of Faith
  7. Heaven's a Lie
  8. Daylight Dancer
  9. Wide Awake
  10. Without Fear
  11. Swamped
  12. Fragile
  13. Enjoy the Silence (Depeche Mode)

Rappels :

  1. Survive
  2. Trip The Darkness
  3. Spellbound


Chroniqué par : MASTEMA
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)