Monarch / Birushanah / Orna

Magasin 4 (Bruxelles, BE)

Terminer l'année 2015 comme il se doit: avec les potes, ou pire, la famille. Ah non, ça c'est pour le 31. Le 30 décembre, c'est au magasin 4 que ça se passait. 3 groupes, 8 euros, couvre-feu à 22h (hm hm…),du TRES gros son, franchement, aucune raison de rester le cul devant Fallout 4.

J'arrive en plein set d'Orna, groupe français de rock dur teinté d'ambiances 70's, envoie la purée devant un public encore un zeste clairsemé. Musicalement, le groupe assure, bien aidé par un son maîtrisé sentant bon le fuzz et les rythmiques un zeste dansantes. J'ai par contre eu BEAUCOUP plus de mal avec la voix de la chanteuse Isa qui, si elle ne chante pas faux n'a, à mon avis…pas une jolie voix. Celle-ci ne se mêle pas à la musique, et a tendance à irriter. C'est d'autant plus dommage que son attitude sur scène est elle, très convaincante.

Après une courte pause, l'étonnant trio japonais Birushanah prend la scène d'assaut, littéralement. Formé d'un guitariste/chanteur, d'un batteur et d'un percussionniste, le groupe vocifère en japonais entre les morceaux, ce qui amuse fortement l'audience qui ne comprend, forcément, rien. La communication est donc, malgré l'obstacle de la langue, chaleureuse. La musique elle, l'est nettement moins. Birushanah fait parfois pensé à un Messhuggah croisé à l'aspect le plus sombre du Black Metal, voire parfois du grind, le tout saupoudré de quelques éléments sonores propres à la culture japonaise. C'est donc parfois déconcertant, mais le public se prend au jeu, tout content de se ramasser une expérience sonore (et visuelle, le percussionniste en impose) unique. Belle surprise donc!

Le plat de résistance, Monarch, monte enfin sur scène à presque 21h30. Je suis directement choqué par le son lourd, surpuissant, à la limite du supportable (je me trouvais collé à la scène, près des enceintes). La lourdeur de mammouth du quintet est jouissive, ça prend autant dans les oreilles que dans le bide. Monarch a l'air d'émoustiller le point G intestinal. La chanteuse, Emily, nous balance des cris inhumains, transcendés par des effets (delay, reverb) ajoutant de la profondeur. La musique, doux croisement entre le doom le plus radical et monolitique avec une "vibe" que n'aurait pas renié les pire salopards de la scène norvégienne, transporte l'auditeur loin, très loin. Ou plutôt très bas. Ce concert, c'est un voyage au bout de la nuit. Chaque riff écrase l'auditeur, le torture, pour l'achever avec les cris monstrueux de la chanteuse, mais aussi du bassiste, dont les backing dans un style "growl" apportent, encore, de la profondeur. Vraiment, Monarch a tout écrasé, et s'impose comme une des meilleures surprises musicales de ces dernières années. Franchement, pour 8 euros, j'ai connu bien pire. Et pour clore cette fin d'année marquée par la parano, c'était juste parfait!



Chroniqué par : CORVUS
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)