Sublime Cadaveric Decomposition / Trepan Dead / Unsu

DNA (Bruxelles, BE)

Une soirée du meilleur du Grind français au DNA, c'est forcément organisé par les mi-hommes mi-cochons d'Undercore. Le sympathique collectif a su, en 3/4 ans, devenir la référence des soirées Metal bruxelloises. Je sors donc le bonnet et rejoint le petit bar en face du farce et attrapes. Depuis la réouverture, c'est même une première pour moi. Pas grand-chose à signaler, si ce n'est que les deux barmen sont plus souriants que la précédente équipe (hm hm), qu'il est possible de contourner le bar et que les chiottes ne sont plus mixtes (tant mieux, parce que ce concept n'est marrant que dans Ally Mc Beal et dans les clubs échangistes spécialisés dans le partage de pipi). Deuxième constatation, Kaotoxin records (le label d'Unsu) est venu avec son stand. Tendez une oreille aux productions de ce label, son boss ne se trompe JAMAIS .Première surprise, Unsu a fini son set (je pensais que le groupe jouait en 2e position comme indiqué sur le flyer). Je ne vous sors pas l'habituel « il paraît que c'était bien, les gens n'en ont dit que du positif, blablabla ». Je n'ai pas demandé aux témoins présents sur la scène du crime ce qu'ils en ont pensé d'ailleurs. Parce qu'Unsu, c'est sans doute le meilleur « nouveau » groupe de Grind français. C'est une remarque non négociable ! La preuve en clip vidéo plus bas.

Le temps de boire quelques Duvel vertes, de taper la papote avec des vieux camarades de guerre, et Trepan Dead monte sur scène. Façon de parler puisqu'on parle d'une scène de 40 cm de haut. Trepan Dead, c'est sale, bordélique, bon enfant (sans vilain jeu de mot), ça sent la merde sans jamais en être. Le son, très (trop) axé sur les basses (pas l'instrument, mais en général), n'est pas des meilleurs, mais l'ambiance est elle très chaleureuse, aussi bien du côté des Français que du public bruxellois. Les deux chanteurs du groupe, parfois accompagnés par des backing très aléatoires alternent le plus dégueulassement possible les cris. Les morceaux sont enchaînés, la formule est souvent la même et, si vous n'êtes pas un grindeux cherchant des Fla et autres polyrythmies, vous ne pourrez qu'appréciez Trepan Dead. Je ne connaissais le groupe que de nom, et si la prestation des Français ne m'a pas transcendé, j'ai passé 40 minutes plaisantes.

Assez rapidement, couvre-feu oblige, Sublime Cadaveric Decomposition prend le bar d'assaut pour nous en mettre plein les oreilles. Je ne vais pas mentir, le grind, je ne prends pas vraiment ça au sérieux ; je ne pense d'ailleurs pas que ce soit le but. Mais ce que j'ai vu ce samedi 3 mars pendant SDC, ça l'était on ne peut plus. Mais de quoi parle ce chroniqueur que personne ne lit ? Du batteur pardi ! Imaginez un grand noir à la veste en jeans sans manche que n'aurait pas renié Brandon Walsh dans la saison 1 de Beverly Hills et une batterie au kit relativement minimaliste. Vous saupoudrez le tout d'une frappe de cogneur (diantre, que cette caisse claire claquait, que les toms groovaient, que les cymbales criaient, mais sans jamais faire saigner les oreilles), et vous obtenez une magnifique prestation d'un rockeur qui a joué comme si sa vie en dépendait. La rage à l'état brut, l'énergie d'une rare pureté. SDC, c'est le top aussi pour ça ; il ne suffit pas d'avoir de l'ancienneté, un bagout évident, des bonnes chansons. Encore faut-il avoir, dans son line up, cette perle rare qui ajoute une identité au déluge sonore. Cela dit, ne vous y trompez pas, le reste du groupe est à la hauteur. SDC peut de plus compter sur des chansons n'oubliant jamais d'avoir le riff un zeste rock qui permet de rappeler que le Grind, ce n'est pas que du bruit. Vous y ajoutez le fait que le set a fait la part belle à des vieilleries, et vous obtenez un public content.

Le bilan de la soirée est donc très positif, comme c'est presque systématiquement le cas avec Undercore. Je tire très sincèrement mon chapeau à ce collectif qui fait du bien à Bruxelles. Undercore ne se contente jamais de la jouer « safe » avec des gros noms puisque ceux-ci sont toujours accompagnés de coups de cœur des organisateurs et de l'accueil chaleureux de ceux-ci.



Chroniqué par : CORVUS
 
RETOUR
+ DE LIVE REPORTS

16-06-2016
  TREMONTI + MAN THE MIGHTY + CROBOT
Theater (Heerlen, NL)

30-05-2016
  KORN / BEYOND THE BLACK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

20-02-2016
  SYMPHONY X / MYRATH / MELTED SPACE
Biebob (Vosselaar, BE)

14-02-2016
  DAGOBA / LIGHTMARE
L'Entrepôt (Arlon, BE)

 

30-12-2015
  MONARCH / BIRUSHANAH / ORNA
Magasin 4 (Bruxelles, BE)

17-11-2015
  SLAYER / ANTHRAX / KVELERTAK
Ancienne Belgique (Bruxelles, BE)

11-11-2015
  VREID / KEEP OF KALESSIN
Kultur Fabrik (Esch-sur-Alzette, LU)